A few years ago… 1991

(Réédition du 10 décembre 2018)       Qui m’appelle et me dérange ainsi en pleine apesanteur d’esprit ? Qu’on me laisse à mes rêveries infinies, infiniment profondes d’oubli ! Tu sais, je suis bien là-haut, tout là-haut entre mers et océans, soleils couchants et lointaines galaxies. J’aime à sentir le souffle tiède d’autres vies sur mon…

Is there anybody in there?

  CONFORTABLEMENT ENGOURDI Hello, hello, hello, hello Il y a quelqu’un là-dedans ? Hoche la tête si tu peux m’entendre. Il y a quelqu’un à la maison ?   Allez, allez, allez maintenant. J’ai entendu dire que tu te sentais mal Eh bien, je peux soulager ta douleur Et te remettre sur pied   Relax,…

The son

    LE FILS Il y a parfois certains souvenirs têtus, très têtus, qui font irruption par effraction au beau milieu d’une journée sans histoire, une journée ensoleillée qui respire à pleins poumons l’ivresse d’une décontraction bien méritée. En bref, il fait beau et bon, la sérotonine est à son maximum de performance… Mais ils…

My wish…

    COMME J’AIMERAIS QUE TU SOIS LA Donc, tu penses que tu peux reconnaître Le paradis de l’enfer Le ciel bleu de la douleur Peux-tu reconnaître un champ tout vert D’un rail en acier froid ? Le sourire d’un voile ? Penses-tu le distinguer ? Et ont-ils réussi à te faire échanger Tes héros…

Mother… look at me!

  RENCONTRE Le corps de la lune Bondit à cette heure encore une fois par-dessus la tempête des guerres passées et scande mon regret de ne plus revoir ton châle suspendu aux années de l’exil Ton châle mère… Mère… regarde-moi ! Traduction approximative : MEETING The body of the moon Leapt at this hour once again…

Sur le sable…

  SUR LE SABLE Sur le sable fin de mes fragiles et courtes nuits Je m’allonge lourdement et éreinté sur ton lit Ton oreiller pour ami, ton parfum pour rêve. Et d’un battement de paupière je capture ton souffle Lorsque le mien s’arrête sur une vie parfois lasse De n’avoir pas su venir plus tôt…

A few years ago… 1991

      Qui m’appelle et me dérange ainsi en pleine apesanteur d’esprit ? Qu’on me laisse à mes rêveries infinies, infiniment profondes d’oubli ! Tu sais, je suis bien là-haut, tout là-haut entre mers et océans, soleils couchants et lointaines galaxies. J’aime à sentir le souffle tiède d’autres vies sur mon âme lasse et aigrie par…