A tear in André’s heart

(réédition) QUAND UNE LARME DE TROP Quand une larme de trop m’empêche de respirer m’empêcheréellement de respirer – Alors je crie comme autrefois quand j’étais gamin aux terreurs nocturnes –Je vais jeter des tonnes de violettes à la mer pour qu’avec elless’enfoncent dans l’oubli les maisons les enseignesles rues et les statues des squares où mes…

Today? I’m waiting for my hairdresser !

LA RÊVEUSE. Elle rêve, la jeune femme !L’œil alangui, les bras pendants, Elle rêve, elle entend son âme, Son âme qui chante au dedans. Tout l’orchestre de ses vingt ans,Clavier d’or aux notes de flamme,Lui dit une joyeuse gamme Sur la clef d’amour du printemps… La rêveuse leva la tête, Puis la penchant sur son…

My sunburn

UN COUP DE SOLEIL C’était au mois de juin. Tout paraissait en fête. La foule circulait bruyante et sans souci. Je ne sais trop pourquoi j’étais heureux aussi ;Ce bruit, comme une ivresse, avait troublé ma tête. Le soleil excitait les puissances du corps, Il entrait tout entier jusqu’au fond de mon être,Et je sentais…

What do you dream about when… ?

PETITE CHANSON POUR UNE ORPHELINE A quoi rêvent les orphelinsquand la mort rôde et aboieLe désespoir attend son tourquand s’annonce la solitude Orpheline aux yeux noirspetite fille de la nuitdonnez-moi la main Nous sommes tous des orphelinsvêtus de sombre et de chagrinsNous voulons vivre d’espoirn’est-il pas déjà trop tard Petite fille aux yeux noirsorpheline de…

Happy Birthday Victor

(Réédition augmentée) Saison des semailles, le soir C’est le moment crépusculaire. J’admire, assis sous un portail, Ce reste de jour dont s’éclaire La dernière heure du travail. Dans les terres, de nuit baignées, Je contemple, ému, les haillons D’un vieillard qui jette à poignées La moisson future aux sillons. Sa haute silhouette noire Domine les profonds…

Who dares to love, who dares to say?

« Si je me suis trompé en disant : je t’aime, je préfère avoir dit je t’aime. On ne me fera pas envier celui qui a eu raison sans aimer. » Philippe Léotard, le 28 août 1998 SANS MOI Mon chant profond,Ma tombe heureuse, N’oublieront pas mon frémissement,Qui buvait son souffle aux racines,A l’extrémité de la longue…

For Loulou, with all my love….

(réédition) Track : Nat King Cole – When i fall in love SONNET ROMANTIQUE J’attends l’amour, le grand amour que ne déparent Ni les doutes, ni les dégoûts, l’amour tardif Dont le flux submerge le coeur, ce vieux récif, L’amour, mer d’Orient suit la côte barbare ! Aussi pardonne-moi si ma bouche est avare, Tu n’es…

In my bed

« Aujourd’hui, un p’tit clin d’oeil poétique à Karouge du https://lepetitkarougeillustre.com, avec un petit poème de Paul-Jean Toulet, poète originaire des Pyrénées… » John Ibonoco DANS LE LIT VASTE ET DEVASTE Dans le lit vaste et dévastéj’ouvre les yeux près d’elle :je l’effleure : un songe infidèlel’embrasse à mon côté.Une lueur tranchante et minceéchancre mon plafond,j’entends un seau qui…

The air is not free like air

« Nous vivons tous en apnée, avec un mal de chien pour choper deci delà une p’tite bouffé d’oxygène, juste une p’tite bouffée, pour nous donner la force de continuer à avancer dans le noir de notre époque… » John Ibonoco je vis en apnée parfois je respire j’émerge libre et je fais le plein cool mais…

It’s pretty dumb

LE TEMPS PERDU Devant la porte de l’usinele travailleur soudain s’arrête le beau temps l’a tiré par la vesteet comme il se retourneet regarde le soleiltout rouge tout rondsouriant dans son ciel de plombil cligne de l’oeilfamilièrementDis donc camarade Soleiltu ne trouves pasque c’est plutôt conde donner une journée pareilleà un patron ? Jacques Prévert…

Where you live is my roof

 » Quand Jean Cocteau et Jean Marais habitaient tous deux Place de la Madeleine à Paris, Cocteau avait pour habitude de glisser la nuit des poèmes sous la porte de la chambre de Jean Marais. » John Ibonoco Le tour du monde était un bien pauvre voyageA côté du voyage avec toiChaque jour je t’adore et…

The sleeper has awakened

Track : Laurent garnier – Wake up (1993) VOUS QUI DORMEZ A l’ouest vous dormez encoreMais déjà l’aubecomme une douleurs’annonce à l’estIl est tempsle temps de ceux qui ne sont plusde tous ceux qui attendentde tous ceux qui se taisentpour mourircomme tous les autresceux qui les ont précédésEst-ce la mer qui trahit le silenceEst-ce la…

All the rain falls on me

THE FALLING RAIN The falling rain scares me a little.Like the tears that flow from your eyesTime doesn’t wait you know itOnly regrets seem perfect It is dangerous to lean inWedding dresses are messy Regrets go straight to the heartAnd it stays thereUntil we die The falling rain calms down a littleThe night is coming…

My little Lou

  (Réédition) Au Lac de tes yeux très profond Mon pauvre coeur se noie et fond         Là le défont Dans l’eau d’amour et de folie Souvenir et Mélancolie Guillaume Apollinaire pour Geneviève Marguerite Marie-Louise de Pillot de Coligny, dite Louise de Coligny-Châtillon, surnommée Lou. Guillaume Albert Vladimir Alexandre Apollinaire de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire…

You Are My Black Sun

Clément Eugène Jean Maurice Cocteau, Jean Cocteau (1889 -1963), in Le soleil noir, Le Livre blanc, Le Livre de Poche, Paris, 2017, pp.47-48, est un poète, cinéaste, dessinateur, graphiste, dramaturge français dont le talent littéraire, poétique et artistique aura fortement influencé le XXème siècle. En 1955, il est élu à l’Académie française. « When Jean Cocteau…

LOVELESS LOVE

« Avec le beau Serge, l’Amour sera toujours au rendez-vous… L’amour fou, l’amour furtif, l’amour désespéré, l’amour de la chair et l’amour sans amour, celui qui n’a plus de nom, celui dont les contours s’effacent très vite pour ne laisser place qu’au vide sentimental… » Ibonoco   AMOUR SANS AMOUR     Combien j’ai connu D’inconnues Toutes…

To my queen…

(Réédition)          RECITATION A L’ELOGE D’UNE REINE                                                I « Haut asile des graisses vers qui cheminent les désirs d’un peuple de guerriers muets avaleurs de salive, Ô Reine ! romps…

I am the Architect

SALINES I Pour Claude Roy Le lendemain du jour où la construction du Monde prit fin,Les dieux se posèrent sur le sable,Et tinrent conseil.Les hommes étaient déserts.Le mot « rauque », par exemple, n’existait pas ;Ni aucun des mots de rancoeur,Ni rien des râpes, des raclages,Rien des rançonsDe celle qui fut la Première :La Folle, La Parole,Qui était feu…

In oblivion

(Réédition) L’OUBLI Je ne suis qu’un son venu du futur, Une vibration du lointain et de l’oubli Une onde puissante, une vague, une déferlante Une envie, un désir, un mugissement, une rage Un voyageur du temps errant de rivage en rivage Un parfum sucré du passé à l’humeur acide Un écho du présent en attente…