I am a lazy man!

 

 

LE PARESSEUX

 

Accablé de paresse et de mélancolie,
Je rêve dans un lit où je suis fagoté*,
Comme un lièvre sans os qui dort dans un pâté,
Ou comme un Dom Quichotte en sa morne folie.

Là, sans me soucier des guerres d’Italie,
Du comte Palatin, ni de sa royauté,
Je consacre un bel hymne à cette oisiveté
Où mon âme en langueur est comme ensevelie.

Je trouve ce plaisir si doux et si charmant,
Que je crois que les biens me viendront en dormant,
Puisque je vois déjà s’en enfler ma bedaine,

Et hais tant le travail, que, les yeux entr’ouverts,
Une main hors des draps, cher Baudoin, à peine
Ai-je pu me résoudre à t’écrire ces vers.

*fagoté : installé

 

Marc-Antoine Girard, Sieur de Saint-Amant (1594-1661) est un poète français, membre de l’Académie française nouvellement fondée. Grand voyageur, il parcourt l’Amérique, l’Afrique ainsi que de nombreuses cours d’Europe. A partir de 1620, il fréquente les milieux littéraires libertins, les cabarets et autres lieux de divertissement. Il se décrit volontiers comme un épicurien et un bon vivant en un siècle où le « sérieux » dominait.

 

THE LAZY ONE

Overwhelmed by laziness and melancholy,
I dream in a bed where I am installed,
Like a deboned hare sleeping in a pâté,
Or like a Don Quixote in his uneventful madness.

[adblock]There, without caring about the wars in Italy,
Nor the Palatine Count, nor its royalty,
I consecrate a beautiful hymn to this idleness
Where my soul languishes as if it were buried.

I find this pleasure so sweet and charming
That I believe that goods will come to me in sleeping,
Since I already see that my paunch is swelling,
And I hate work so much that, my eyes half-open,
One hand out of the sheets, dear Baudoin, just barely
have I been able to resolve to write you these lines.

 

Marc-Antoine Girard, Sieur de Saint-Amant (1594-1661) is a French poet and a member of the newly founded Académie française. A great traveller, he travels throughout America, Africa and many European courts. From 1620 onwards, he frequented literary circles, cabarets and other places of entertainment. He likes to describe himself as an epicurean and a bon vivant in a century where « seriousness » dominated.

 

 

7 commentaires Ajouter un commentaire

  1. juliette dit :

    Des vers rigolos 😊

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Oui, c’est ça que j’ai aimé justement. A quelques siècles près, on ne change guère parfois.

      Aimé par 1 personne

      1. juliette dit :

        Je vais chercher à en lire plus sur Sieur de Saint-Amant ☺

        Aimé par 1 personne

        1. ibonoco dit :

          C’est une très bonne idée.
          Bises Juliette. Très heureux d’échanger avec toi.

          Aimé par 1 personne

  2. bigskybuckeye dit :

    John, I appreciate his poem. When a poet steps back and turns his verses into a mirror’s reflection, we all desire to keep searching for ourselves.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      And commentary, more than relevant, also makes us want to reflect on our own inner quest.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s