Home sweet home

le

(réédition du 1er juin 2018)

J’ai cherché longtemps. J’ai cherché longtemps une maison. Je voulais une maison avec une cheminée, un jardin, et une grande cuisine avec en son centre une belle grande table. Une grande table, longue avec tout plein de chaises autour. Des chaises pour recevoir la vie, des invités, manger, rire, déconner, entendre les murmures de la joie quand celle-ci s’échappent des lèvres de tous ces visages radieux.

J’ai rêvé longtemps de ma vie. Quelle serait ma vie ? Allait-elle être plus difficile que celles de mes parents ? Je l’avais rêvée facile quant à sa sa manière de traverser les âges, le temps. Le travail serait une simple formalité, le mariage, une étape comme une autre, tout comme l’armée ou le permis de conduire, et les enfants, des étoiles dans le ciel.

J’ai payé pendant longtemps. J’ai payé pendant trop longtemps toutes ces foutaises… en persistant bien trop souvent dans l’erreur. Être un hidalgo, être fier quand on a tort, cela fait du bien mais c’est surtout très con. Mais moi, je voulais une maison, une grande maison, ouverte, pour entendre les autres discuter, boire un coup avec eux, avec une chambre pour chacun des enfants.

J’ai une grande maison. Elle est presque vide. Les gens sont partis. Ils sont tous partis. Les enfants eux-aussi, une semaine sur deux. Même leurs amis ne viennent plus. Mais dans cette maison, j’ai trouvé une autre maison, bien plus grande, bien plus belle et généreuse. Une maison toute blonde avec des yeux verts, une maison avec un joli petit cul et des des seins magnifiques, bombés fièrement en avant. Et je n’oublie pas la beauté de sa peau, très claire, le soir, quand elle se tient près de la petite fenêtre de ma chambre, sous le toit.

Et dans cette maison, j’entends à nouveau le refrain de ces belles journées de printemps qui ne cherchent qu’à revenir nicher dans un des quatre coins de ma grande cuisine. J’arrive à nouveau à percevoir le cri des rires, la lumière et la chaleur des amitiés qui ne demandent qu’à entrer. J’entends les battements de son corps et la douceur de son être. Je reçois son amour avec bonheur même si parfois j’oublie que je peux voir. Elle m’a dit un jour : « Ce n’est pas la maison qui fait l’Homme mais l’Homme qui fait la maison. » Le voyage a été long, très long, plus de vingt ans. Aujourd’hui, je rentre chez moi, je rentre à la maison, enfin… C’est elle ma maison.

 

19 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Merci John, c’est très beau et touchant.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci l’ami.

      J'aime

  2. juliette dit :

    oui , c’est un très joli texte ainsi que la chanson de Maxime le forestier …
    😘

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Juliette.
      Un bel album de Maxime Le Forestier avec un petit air de liberté des 70’s…
      Excellente journée

      J'aime

      1. juliette dit :

        Merci John , à toi aussi une excellente ( fin de ) journée , et oui elle s’est déjà presque envolée …

        Aimé par 1 personne

      2. ibonoco dit :

        Merci Juliette 😊

        J'aime

  3. karouge dit :

    Ce n’est donc pas la « maison verte » de Mario Vargas Llosa, où Don Anselmo loge les Indomptables et la Chunga chunguita! C’est drôle, ces maisons colorées (le bleu de Maxime, le vert de Mario, le rouge du Chevalier de,.,.la blanche de Donald, la rose d’Eugénie(les bains)…🏡

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Et elles sont toutes belles ces maisons, avec tous ces couleurs…

      J'aime

  4. Belle déclaration d’amour… et d’amour on en vit jamais de trop. 🙂

    Aimé par 1 personne

  5. colettedc dit :

    Magnifique texte !
    Bon mercredi John !

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Colette
      Cela me touche vraiment.
      Très bonne journée à toi

      Aimé par 1 personne

  6. Edmée dit :

    Que c’est beau, cette maison dans la maison, plus secrète et plus longue à bâtir, mais enivrante…

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Edmée,
      C’est peut-être tout l’art et la difficulté de construire solidement avec un matériau rare : l’amour. Un matériau rare et que l’on doit travailler avec passion et de façon continue.
      Merci Edmée, je te souhaite une excellente journée

      J'aime

  7. marie dit :

    Bonjour, c’est vraiment très beau, très émouvant aussi. Bon après-midi MTH

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Marie.
      Je te remercie. Et je te souhaite une excellent et bel après-midi.
      John

      J'aime

  8. Hédoné dit :

    C’est splendide, riche d’émotions et de sentiments.
    On cherche parfois longtemps…

    J'aime

  9. J’adore ! C’est tout à fait ce que je pense de la vie. L’important ce n’est pas où mais avec qui. Merci John 🙂 Et passe le bonjour amical à ton abri blond qui habite dans une maison avec toi !

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Dom, tout d’abord je te remercie de ta bienveillance et je ne manquerai pas de transmettre le bonjour à mon abri blond… 😊
      Et je te souhaite une excellente nuit
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s