Ma colère, mon amie, ma sœur…

Ma colère, mon amie, ma sœur, ne reste pas là plantée à ne rien faire. Va-t-en rejoindre d’autres têtes ou d’autres cœurs que tu pourras enserrer violemment jusqu’à l’asphyxie. Je ne veux plus être ton hôte ni même ton compagnon de route : je ne partagerai plus le pain avec toi, plus rien ! Tu en as trop fait, tu m’en as trop fait.

Tu pénètres en moi par tous les pores de la peau sans jamais vouloir ressortir. Tu te loves au plus profond de mon être comme le serpent, toujours espérant la moindre étincelle pour surgir – tel un prédateur féroce guettant sa proie. Tu ronges les esprits à l’acide de ton amertume, dissous la paix dans un ouragan de furie et détruis tout sur ton passage. Quelle mauvaise conseillère tu fais ! Tu altères tout discernement et tout sens de la proportion, de la mesure et de la tempérance…

Il me faut avancer et toi…, tu me retardes. Il me faut aimer et toi…, et toi tu cherches à prendre toute la place. Il me faut sourire à la vie, au bonheur, et toi…, tu ne désires que le conflit, la guerre et le déchirement intérieur. Il me faut vivre avec douceur et toi…, tu n’es que crispation, chaleur sur mes temps et douleur sur tout mon corps. Il me faut espérer en demain et toi…, toi aujourd’hui, tu n’es que mort de l’esprit.

Alors ce soir, nos chemins se séparent : il y a toujours un temps dans une existence où les choses se font et se défont au gré des courants contraires. Et ce moment est arrivé pour nous. Notre histoire arrive à son terme. Cio bella !

Moi ? Et bien moi, je choisis la paix de l’âme et de l’esprit, celle qui t’amène doucement, tranquillement à la quiétude, celle qui te prend par la main afin de te montrer comment avancer à la rencontre de qui tu es – deviens ce que tu es – , celle qui te fait espérer en l’autre. Je choisis l’amitié plutôt que la sécheresse de ton puits sans fond, là où tu sculptes jour après jour les rides de mon front. Ce soir, je choisis la paix.

La paix ! La paix ! La paix ! Et rien que la paix !

Se ipsum vincere

20 commentaires Ajouter un commentaire

  1. roijoyeux dit :

    vive la paix de l’âme et de l’esprit !! La paix ! La paix ! La paix ! Et rien que la paix !

    Aimé par 1 personne

  2. blackbonnie64 dit :

    Magnifique! C’est « chaleur sur ma tempe » Non ?

    Aimé par 1 personne

  3. Le voyage le plus long est celui qu’on fait vers soi, au-dedans de soi, et quel bel hommage vous faîtes à la paix! Superbe expression qui plante en terrain desséché par la colère la fleur de la résilience, la plus belle parmi toutes, qui est dit-on, l’art de savoir naviguer dans .les torrents. Furieux, tumultueux, dévastateurs, si voraces à vouloir emporter, et sans discernement aucun, tout sur leur passage. Voici un petit poème de Pierre Reverdy que vous connaissez peut-être dont la fraîcheur exquise de son émotion apprivoiserait de suite cette souveraine et tyrannique colère, enfin j’espère toujours que la poésie est plus forte que la colère, que la guerre. Here’s our mind, just below!

    Les Ardoises du Toit

    Sur chaque ardoise
    qui glissait du toit
    on
    avait écrit
    un poème
    La gouttière est bordée de diamants
    les oiseaux les boivent

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Merci à vous de prendre le temps d’échanger.
      Chaque jour, j’avance vers moi avec parfois quelques pauses. Comme disent certains de mes amis et j’adhère assez à cette idée : l’important, ce n’est pas le but mais le chemin…
      Merci pour le poème. Je ne connaissais pas l »auteur

      Aimé par 2 personnes

    2. ibonoco dit :

      Bon samedi en paix..
      J’ai trouvé votre article sur Terre des Hommes très bien fait avec de magnifiques illustration.
      Et j’adore Saint Exupéry.

      Aimé par 1 personne

  4. A la bonne heure alors et vive la paix de l’âme et la paix tout court! Merci de votre appréciation et bonne fin de semaine.

    Aimé par 1 personne

  5. Parfois on se rend bien plus loin qu’on aurait dû avant de bifurquer. L’important est ensuite de bien vivre avec sa décision sans jamais chercher à se demander « et si j’étais resté ? » La vie n’est pas un parcours où il existe des bons et des mauvais chemins.
    Je te souhaite de poursuivre ta vie à ton rythme, selon tes aspirations et en butinant les bonheurs partout où tu déposeras ton baluchon.

    Aimé par 3 personnes

  6. Venus dit :

    Merci pour ce partage

    Aimé par 1 personne

  7. Très beau texte…. se défaire de la colère, parfois j’en rêve !

    Aimé par 2 personnes

  8. Bravo un superbe texte les mots mis en valeur celui de ta ou notre colère

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci de ton retour.

      Aimé par 1 personne

  9. brindille33 dit :

    J’aime cette phrase : « Il me faut avancer et toi…, tu me retardes. Il me faut aimer et toi…, et toi tu cherches à prendre toute la place. » Je conseille de ne pas s’attarder aux rechutes. La colère positive existe aussi 😉 Merci pour l’inscription à mon site ou blog.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Et merci de vos impressions et restitutions.

      J'aime

  10. nikellenica dit :

    Bien sûr, c’est le bon choix de mettre la colère dehors, mais elle ne quittera pas si facilement sans nous harceler et nous mettre à l’épreuve, mais avec le temps, quand on veut, on peut certainement. On recherche toujours la paix, la sainte paix, comme on en a besoin dans un monde en éruption. Merci d’avoir visité mon blog. J’aime beaucoup le vôtre. Amitiés

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci de votre retour sur la colère. Effectivement, une fois la colère entrée en nous, elle ne disparaît pas facilement. C’est pour certains, le travail de toute une vie que d’essayer de la dompter ou de la faire baisser.
      J’aime également votre blog. Il est toujours intéressant de s’enrichir en découvrant d’autres horizons.

      J'aime

  11. pierrettej dit :

    Très beau texte ❤
    Bonne journée , cordialement

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci à vous. Bonne jor

      J'aime

    2. ibonoco dit :

      Très bonne journée 😊

      J'aime

    3. ibonoco dit :

      Merci Pierrette

      J'aime

  12. ta colère n’est pas ton amie ! ni ta soeur ! comment peut il en être ainsi puisqu’elle est contre ton bonheur, mais elle contre ton bonheur et tout contre toi en ton coeur !
    Elle ne reste pas là plantée à ne rien faire ! elle reste là à te grignoter,
    tu ne peux pas l’envoyer sur d’autres têtes ou d’autres coeurs, car tu ne peux souhaiter du mal à d’autres, pourquoi vouloir que ta colère ailles asphyxier d’autres gens ! ta colère est à toi, elle doit sortir et partir hors de toi et s’évanouir .
    oui ton cris est fort et tu dis que tu ne veux plus être son hote, alors « otes » là ! et surtout qu’elle ne soit pas un compagnon de route, qui déroute !
    la colère est dû à une souffrance mais stagne comme un parasite, c est un sentiment pollueur, il y a pourtant des colères positives qui peuvent booster aussi,
    on lit qu’elle entre par tous les pores de ta peau, sans jamais vouloir ressortir, et tout le texte ensuite est très bien vu , on sent fort la douleur, et le fait qu’elle t’ai pris en otage, esclave presque d’elle,
    j aime aussi le texte qui fait suite « il me faut avancer et toi…mort de l’esprit »
    on ressent bien ton désir de paix , de joie, mais qui est constamment bloqué par cette colère
    et on a l’impression, que la conscience, une autre amie, vient te titiller et te dire, tu dois chercher le bonheur, non pas le chercher mais le prendre !
    puis voilà on lit que les chemis se séparent, et enfin tu otes cette colocataire
    ensuite en lisant le texte, je suis heureuse de lire des mots comme paix , quietude, et ton nouveau choix de vie, du coup tu as su nous mettre en un état, de malaise, de lutte et enfin de paix, tu nous a bien fait partager tes sentiments
    voilà mon petit commentaire de participation, parceque finalement on a tous vécu cela, la colère en nous est une souffrance et pourtant elle peut partir, il faut juste avoir conscience le déclic, une autre vision mais c est pas évident, la colère peut être un traumatisme aussi, alors la fin de ce texte du coup est une bouffée d’air pur, on a vibré pour toi, voulut aussi lutter pour toi en disant crotte mais elle se barre cette colère, vite vite, et enfin, ! on voit que tu y arrives,
    je te souhaite plein plein de bonheur et de jolies écritures
    moi aussi j’ai eu la colère, j’ai même eu des colères !
    pour le partage, car j avais fait deux billets sur la colère je te joins donc deux liens si cela t’interesse
    https://aeschne.wordpress.com/2011/01/21/les-6-blesssures-archaiques-les-5-besoins-relationnels-la-colere/
    https://aeschne.wordpress.com/2009/11/18/la-colere-forum/
    bonne journée

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s