It’s just a desire

(Réédition)

 

« Il n’y a pas d’amour de vivre sans désespoir de vivre. » (Albert Camus)

JUSTE UN DESIR

Respirer profondément et lentement l’air tiède d’une matinée d’été qui se lève – en s’étirant – sur un corps encore plongé dans la torpeur d’une nuit étoilée…

et se dire que peut-être il reste en nous-mêmes, tout au fond de notre être, un peu de cette petite étincelle, cette magie enivrante des anciens jours, celle qui fit battre nos cœurs et danser nos âmes sur les flammes d’un désir toujours grandissant ;

un désir grandissant à la lumière encore pâle de l’aube – de la jeunesse – et d’une rosée délicate…

Juste un désir fendant l’air comme l’aigle sur sa proie après avoir plané longuement au-dessus de la plaine en faisant des ronds dans le ciel bleu d’une vie où les nuages n’étaient encore que de vagues songes.

Juste un désir totalement insensé de vouloir vivre intensément chaque grain de sable s’écoulant dans le sablier d’un quotidien que l’on voudrait mordre à pleines dents.

Juste un désir de vivre – encore – , de vivre intensément une vie s’échappant par chaque pore d’une peau usée par les intempéries et les peines.

John Ibonoco

 

« There is no love of living without despair of living. » (Albert Camus)

JUST A DESIRE

Breathe deeply and slowly the warm air of a summer morning that rises – stretching – on a body still immersed in the torpor of a starry night…

and to think that perhaps there remains in us, deep inside our being, a little bit of that little spark, that intoxicating magic of the old days, the one that made our hearts beat and our souls dance on the flames of an ever-growing desire;

a growing desire in the still pale light of dawn – of youth – and of a delicate dew…

Just a desire splitting the air like an eagle on its prey after hovering for a long time over the plain, making circles in the blue sky of a life where the clouds were still only vague dreams.

Just a totally senseless desire to want to live intensely each grain of sand flowing into the hourglass of a daily life that we would like to bite into with our full teeth.

Just a desire to live – again – to live intensely a life escaping through each pore of skin worn by the weather and pain.

John Ibonoco

 

16 commentaires Ajouter un commentaire

  1. gibulène dit :

    Camus a toujours sur moi un effet mélancolique….. par contre je découvre Peyote ! merdi John bonne journée

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Bonsoir Hélène,
      Peyote est un vieux souvenir auquel je tiens. C’est un titre qui remonte à 1992 qui, je trouve, porte en lui une certaine puissance.
      Bonne journée Hélène
      John

      Aimé par 2 personnes

      1. gibulène dit :

        je suis presque tentée de battre de mon tambour chamane en l’écoutant !

        Aimé par 2 personnes

        1. ibonoco dit :

          C’est bien ce qui m’est arrivé dans les années 90 en écoutant ce morceau. On aurait pu se prendre pour un condor volant au-dessus du grand canyon, attiré par les voix des indiens dansant autour du feu le soir pour invoquer la pluie.

          Aimé par 1 personne

        2. gibulène dit :

          on est raccords 😉

          Aimé par 1 personne

        3. ibonoco dit :

          Bonne journée Hélène

          Aimé par 1 personne

        4. gibulène dit :

          Bonne journée à toi

          Aimé par 1 personne

        5. ibonoco dit :

          Merci Hélène
          A toi aussi

          Aimé par 1 personne

  2. Belle citation et beau texte!

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Marie-Christine

      Aimé par 1 personne

  3. Un texte doux et mélancolique. Les deux me vont John.
    Que l’année soit sereine et riche de beaux instants!
    Amicalement
    Marie

    J'aime

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Marie et merci de tes mots. Douceur et mélancolie sont deux états qui en effet peuvent se superposer pour entraîner l’esprit vers un ailleurs en-dehors de notre réalité quotidienne, un peu à la manière d’un rêve.
      Je te présente tous mes voeux pour cette année 2021. J’espère qu’elle nous sera un peu plus légère et porteuse d’espoir.
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

  4. marie dit :

    Bonjour John, le désir de vivre est toujours plus fort, même au milieu du désespoir, il y a cette petite lueur de vie qui ne demande qu’à grandir et nous aide à passer les évènements douloureux de notre vie. Bisous MTH

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Marie,
      J’aime beaucoup cette métaphore de la petite lueur de vi e qui ne demande qu’à grandir Et j’y crois aussi, vraiment. Elle est peut-être notre âme, notre instinct de survie, notre espoir ou notre foi.
      Bisous Marie. Passe une bonne soirée
      Amitiés
      John

      Aimé par 2 personnes

  5. colettedc dit :

    Bonjour John,
    J’apprécie beaucoup ce texte ! Bravo !
    Bonne journée,
    Amitiés 😘

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Colette,
      Un grand merci Colette.
      Bonne journée
      Amitiés.
      John

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s