Vous avez dit Aragon ?

 

Je tombe je tombe je tombe
Avant d’arriver à ma tombe
Je repasse toute ma vie
Il suffit d’une ou deux secondes
Que dans ma tête tout un monde
Défile tel que je le vis
Ses images sous mes paupières
Font comme au fond d’un puits les pierres
Dilatant l’iris noir de l’eau
C’est tout le passé qui s’émiette
Un souvenir sur l’autre empiète
Et les soleils sur les sanglots
Ô pluie Ô poussière impalpable
Existence couleur de sable
Brouillard des respirations
Quel choix préside à mon vertige
Je tombe et fuis dans ce prodige
Ma propre accélération

Louis Aragon (1897-1982) in Le roman inachevé – 1956

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Une troublante réflexion en fin de vie…!

    Jean Ferrat s’est inspiré d »Aragon :  » Le poète a toujours raison. Qui voit plus haut que l’horizon. Et le futur est son royaume. Face à notre génération. Je déclare avec Aragon  » La femme est l’avenir de l’homme  » …

    Amitiés

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s