Mad World…

le

Il y a des jours où tout va bien, où tout va très bien, où tout est bien et beau, et où tu te sens vraiment mais vraiment bien dans tes baskets. Aucun « ciel bas et lourd »  qui pèse sur ta tête « comme un couvercle » ni aucun « drapeau noir » à l’horizon. Rien que du beau temps et de bons moments en perspective. Rien que des rires aux éclats qui fusent par effraction dans la routine du quotidien et des larmes de joie qui débordent de la journée pour filer vers le soir et ses étoiles. Rien que du bonheur comme dirait l’autre. Et heureusement pour toi !

Et puis… il y a les autres, tous ces autres. Il y a tous ces autres petits jours qui frappent à ta porte dès potron-minet. Il y a tous ces petits jours où tu te traînes du matin au soir portant ton corps devenu dix fois trop lourd pour toi. Tous ces petits jours sans dont tu te passerais bien même s’ils ne sont pas si nombreux que cela. Pas si nombreux que cela… mais tu n’en veux plus ! Tu n’en peux plus… mais tu fais avec. Il te faut faire avec ! Tu dois faire avec ! Que peux-tu faire d’autre ? sinon faire avec. Ici, on fait avec ! il n’y a pas le choix, tu n’as pas le choix. En matière de fatigue, la liberté n’existe pas. Elle seule est le maître et choisit ses moments pour s’imposer à toi. Et toi, tu ne peux que la subir, faire le dos rond et attendre qu’elle se casse loin de tes épaules qui la supportent de plus en plus difficilement.

Alors, toute la journée tu attends le soir ; tu attends le moment où tu pourras t’allonger enfin sur les doux draps parfumés de ton lit et fermer les yeux. Tu attends cet instant où tu flotteras, soulagé de n’avoir plus à te tenir debout parmi les êtres agités de ta journée. L’agitation, le bruit, le vacarme, tout cela tu le fuis à grandes enjambées. Tout cela pèse sur ton humeur, sur ta façon d’appréhender la matinée, l’après-midi, tes amis et même les cons que tu rencontres au détour d’une discussion imposée.

Parfois, tu te dis que tu en as marre de tous ces brouhahas qui grouillent tout autour de toi, envahissent ta tête et viennent parasiter chaque seconde de répit que tu pourrais avoir assis à une table d’un café en terrasse. Le monde entier défilerait devant toi en silence, pas une parole, pas un seul bruit dans la rue, seul le silence et son cortège venus assister au calme retrouvé.

D’autres fois, tu en as marre de perdre ton temps à te battre contre des moulins à vent ! Marre d’en avoir marre ! Marre d’écouter des discours réchauffés ! Marre de faire semblant de croire à l’incroyable ! Tu en as marre… tu fermes les yeux, tu te bouches les oreilles et pour ouvrir ton cœur au silence et à l’oubli. Tu ouvres ton âme pour retrouver cette mélodie d’antan, celle d’un autre temps où le monde n’était pas encore fou…

« All around me are familiar faces, Worn out places, Worn out faces, Bright and early for the daily racesGoing nowhere, Going nowhere… The tears are filling up their glasses, no expression, no expression… Mad World »

 

13 commentaires Ajouter un commentaire

  1. cestecrirequiestleveritableplaisir dit :

    Oui tous ces jours…
    On aime bien te lire l’ami Lyonnais.
    Belle journée à toi
    Tony

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Merci Tony. Belle journée à toi aussi. C’est vrai quec’estecrirequiestlevraiplaisir.

      Aimé par 1 personne

  2. fran_84 dit :

    Les jours se suivent…
    Joli billet

    Aimé par 2 personnes

  3. iotop dit :

    Bon jour,
    Je retiens : « …tu attends le moment où tu pourras t’allonger enfin sur les doux draps parfumés de ton lit et fermer les yeux … » délassement et désalement de la journée après une bonne douche … 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Un sacré désalement.
      😊

      Aimé par 1 personne

  4. Domi Amouroux dit :

    Je reconnais ces jours dans ceux d’avant la retraite. Aujourd’hui, le temps est précieux et il faut le croquer… ce que je fais !

    Aimé par 3 personnes

  5. juliette dit :

    ah ! lire en musique j’adore !!!
    et écriture et zique sont bonnes …

    Aimé par 2 personnes

  6. Yvonne KT dit :

    Belle plume.
    Merci
    Yvonne

    Aimé par 2 personnes

  7. La maman débordée que je suis approuve chaque mot : vivement ce soir, que je retrouve mon lit (si aucun cauchemar ne vient réveiller ma progéniture !). Belle et douce journée à toi !

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      La fatigue… On pourrait écrire des siècles à son sujet.

      J'aime

  8. Michel Collart dit :

    Je vous souhaite « un jour où tout va bien ». J’aime beaucoup vos textes et certains jours plus encore que d’autres. Michel 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s