Petit poème en prose du jour

 

 

IMG_20150429_112707.jpg

ENIVREZ-VOUS

Il faut être toujours ivre, tout est là ; c’est l’unique question. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.

Mais de quoi? De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous!

Et si quelquefois, sur les marches d’un palais, sur l’herbe verte d’un fossé, vous vous réveillez, l’ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l’étoile, à l’oiseau, à l’horloge; à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est. Et le vent, la vague, l’étoile, l’oiseau, l’horloge, vous répondront, il est l’heure de s’enivrer ; pour ne pas être les esclaves martyrisés du temps, enivrez-vous, enivrez-vous sans cesse de vin, de poésie, de vertu, à votre guise.

 

Charles Baudelaire (1821-1867) in Les petits poèmes en prose

20 commentaires Ajouter un commentaire

  1. cestecrirequiestleveritableplaisir dit :

    Super sympa ! Et très bon choix, comme à l’habitude.
    Bonne journée.
    Tony

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonne journée Tony et merci

      Aimé par 1 personne

  2. Superbe choix j’aime

    J'aime

  3. Et pour rester dans le ton de cette belle poésie, c’est encore Baudelaire qui souhaite rajouter une dernière touche de couleurs à son magnifique tableau, je lui ai donc cédé la voix et la voie avec grand plaisir, je ne résiste pas à l’appel de Baudelaire! Merci Ibonoco!

    Elévation

    Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,
    Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,
    Par delà le soleil, par delà les éthers,
    Par delà les confins des sphères étoilées,

    Mon esprit, tu te meus avec agilité,
    Et, comme un bon nageur qui se pâme dans I’onde,
    Tu sillonnes gaiement l’immensité profonde
    Avec une indicible et mâle volupté.

    Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides ;
    Va te purifier dans I’air supérieur,
    Et bois, comme une pure et divine liqueur,
    Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

    Derrière les ennuis et les vastes chagrins
    Qui chargent de leur poids I‘existence brumeuse,
    Heureux celui qui peut d’une aile vigoureuse
    S’élancer vers les champs lumineux et sereins ;

    Celui dont les pensers, comme des alouettes,
    Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
    Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
    Le langage des fleurs et des choses muettes !

    Aimé par 4 personnes

    1. ibonoco dit :

      En effet, c’est un magnifique poème. Merci d’avoir convoqué Baudelaire.

      Aimé par 2 personnes

      1. Il ne me résiste pas lui non plus! (sourire)

        Aimé par 1 personne

  4. karouge dit :

    hic et nunc !?
    (attention : petit (pas petite) poème en prose)

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Je m’en vais corriger tout ça…
      Merci

      J'aime

    2. ibonoco dit :

      C’est fait…

      J'aime

      1. karouge dit :

        mais vous n’y coupez pas : c’est deux points en moins pour la dictée!
        Bonne journée!

        Aimé par 1 personne

  5. marieliane dit :

    magnifique poésie merci du partage.

    Aimé par 1 personne

  6. Venus dit :

    Merci. Que c’est bon !

    Aimé par 2 personnes

  7. Écrirature dit :

    C’est mon dieu et ce poème je le connais depuis toujours ! A mettre au-dessus de son lit et à lire chaque matin !

    Aimé par 2 personnes

  8. nikellenica dit :

    Quel magnifique conseil. Oui, il faut s’enivrer car la vie en sera que plus belle. Merci! Amitiés

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Et bonne jouréne

      Aimé par 1 personne

  9. Bonjour ! Et je m’enivre ce matin de mots et de poésie… Quel bonheur ! Belle et douce journée !

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Et merci à vous de prendre le temps d’échanger.

      Aimé par 1 personne

  10. il faut vivre le temps présent, et savoir apprécier ne serait ce que quelques petits instants, qui semblent insignifiant et oh combien si important ! à force de petits bonheurs, de petites joies, en nos pensées se rajoutent des moments de plaisir, qui inondent notre tête de joies. le bonheur, le plaisir est tout à côté de nous.

    Aimé par 3 personnes

    1. ibonoco dit :

      Il faut vivre… chaque petits moments. C’est un travail sur soi de chaque instant et ce quand bien même il devrait durer toute la vie.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s