With you…

DE TOI… De toi je suis trempée comme la terre l’est d’une pluie printanière, Mon jour le plus blond se suspend Au pouls battant de tes paroles tues Comme l’abeille aux fleurs du marronnier. Je suis vers toi comme une promesse des moissonsDans le temps, Quand le blé dans les champs se mesure au froment,…

Never again will we be mute

MURS Nous,Solides et durs, nous les murs,Condamnés à écouter et à nous taire,Des milliersDes milliers d’années nous restâmes soumis,Écoutant, comprenant,Étouffant en nous silencieusementLa rumeur des générations.Mais plus jamais nous ne serons muets,Nous entendronsL’escalade,La griffade,La tornadeDes pesants, des pas épaisDes pas d’acier.Il vient un colosse, un puissant,Et tout ce qui, hier encore,Régnait,Comme le rocOu le granitÀ…

Too often I’ve kept silent

ULTIME BILAN Au moment où j’établisL’ultime bilanComptant et mesurantComme sur un échiquier le mouvementDe mon parcours sur les sentiersDepuis le berceau jusqu’à l’instant présent,Il me sembleQu’à moi-même,Je fus et suis resté aveugle.J’ai cherché chez les autres les failles.Je n’ai jamais assezAimé. Loué. Accordé ma confiance.entre le oui et le nonJe n’ai jamais su construire aucun…

Nobody believes me anymore!

GESTES J’ai feint d’être joyeux, et l’on m’a cru. J’ai feint d’être amoureux et l’on a eu pitié de moi. J’ai feint d’être désespéré et les gens ont pleuré sur mon malheur. Mais une fois j’ai renoncé à toute feinte et j’ai dit la vérité, que je ne cesse de feindre parce que la vie…

From Babylon to New York

DANS LES TERRES LES PLUS LOINTAINES Nous sommes ceux que l’on dispersaDans les terres les plus lointaines. Chacun de nous est un anneau De la nouvelle chaîne. Non seulement à Babylone Mais au bord des fleuves, partoutNous sommes venus nous asseoir, Cherchant un toit qui soit à nous. C’est ainsi qu’est devenu cherA notre coeur…

My home is where I am

(Réédition) SOUS MES SOULIERS(extrait) Je porte à mes souliers tout l’argile bachkirEt le sable brûlant du désert Kara-Koum,La boue de la campagne et des bourgades russes,La poussière gris clair du sol d’Ouzbékistan. Et le sang desséché des routes de Pologne,Des ossements brûlés la cendre et la poussière.Les yeux bandés toujours un ange me conduitAu rivage…

He has stolen the moon

(Réédition) COMME ON DÉROBE UNE PASTÈQUE Comme sur une charrette on dérobe une pastèqueJe voudrais chiper la lune avant qu’il ne fasse jour,L’emporter sous ma chemise et la sentir sur ma peauEt vagabonder ainsi la main au fond de ma pocheChantonnant et sifflotant – moi le luron lumineux. Les ruelles, les marchés, les tavernes, les…

טאָג און נאַכט Day and Night

JOUR ET NUIT Déjatraversés,DépassésPar tant de lasses,Muettes, maigres,Caravanes,Les nocturnes désertsQui s’ouvrent en mon coeur.A peine,Dans la mémoire une clochette,Une étoile qui disparaît,Tintement,Rose-innocent comme l’ordonneLe point du jour au cielPar-dessus l’étendue sauvage. Pourtant,Des yeux demeurent,Chevaux de charge,D’entraînement,Captifs dans l’enclos du soir,Des maisons abandonnées,Des prairies grasses,Et de la joie – et des larmes. רחל פֿישמאַן, Rukhl Fishman,…

He has stolen the moon

(Réédition) COMME ON DÉROBE UNE PASTÈQUE Comme sur une charrette on dérobe une pastèqueJe voudrais chiper la lune avant qu’il ne fasse jour,L’emporter sous ma chemise et la sentir sur ma peauEt vagabonder ainsi la main au fond de ma pocheChantonnant et sifflotant – moi le luron lumineux. Les ruelles, les marchés, les tavernes, les…

ער דײַנע ווײַסע שטערן

(Réédition) SOUS TES ETOILES BLANCHES sous tes étoiles blanchestends-moi ta blanche main.mes mots qui sont des larmesdans ta main désirent repos.vois leur éclat s’assombrirsous mon regard encavé,aucun abri je ne trouvepour en retour te les offrir. mais je voudrais, dieu familier,te léguer mes possessions,car en moi brûle un feuet en le feu mes journées.toujours entre…

My home is where I am

(Réédition)Pour Marcel SOUS MES SOULIERS(extrait) Je porte à mes souliers tout l’argile bachkirEt le sable brûlant du désert Kara-Koum,La boue de la campagne et des bourgades russes,La poussière gris clair du sol d’Ouzbékistan. Et le sang desséché des routes de Pologne,Des ossements brûlés la cendre et la poussière.Les yeux bandés toujours un ange me conduitAu…

Too often I’ve kept silent

ULTIME BILAN Au moment où j’établisL’ultime bilanComptant et mesurantComme sur un échiquier le mouvementDe mon parcours sur les sentiersDepuis le berceau jusqu’à l’instant présent,Il me sembleQu’à moi-même,Je fus et suis resté aveugle.J’ai cherché chez les autres les failles.Je n’ai jamais assezAimé. Loué. Accordé ma confiance.entre le oui et le nonJe n’ai jamais su construire aucun…

Never again will we be mute

MURS Nous,Solides et durs, nous les murs,Condamnés à écouter et à nous taire,Des milliersDes milliers d’années nous restâmes soumis,Écoutant, comprenant,Étouffant en nous silencieusementLa rumeur des générations.Mais plus jamais nous ne serons muets,Nous entendronsL’escalade,La griffade,La tornadeDes pesants, des pas épaisDes pas d’acier.Il vient un colosse, un puissant,Et tout ce qui, hier encore,Régnait,Comme le rocOu le granitÀ…

He has stolen the moon

COMME ON DÉROBE UNE PASTÈQUE Comme sur une charrette on dérobe une pastèqueJe voudrais chiper la lune avant qu’il ne fasse jour,L’emporter sous ma chemise et la sentir sur ma peauEt vagabonder ainsi la main au fond de ma pocheChantonnant et sifflotant – moi le luron lumineux. Les ruelles, les marchés, les tavernes, les asilesÉcoutent…

My home is where I am

SOUS MES SOULIERS(extrait) Je porte à mes souliers tout l’argile bachkirEt le sable brûlant du désert Kara-Koum,La boue de la campagne et des bourgades russes,La poussière gris clair du sol d’Ouzbékistan. Et le sang desséché des routes de Pologne,Des ossements brûlés la cendre et la poussière.Les yeux bandés toujours un ange me conduitAu rivage des…

ער דײַנע ווײַסע שטערן

SOUS TES ETOILES BLANCHES sous tes étoiles blanchestends-moi ta blanche main.mes mots qui sont des larmesdans ta main désirent repos.vois leur éclat s’assombrirsous mon regard encavé,aucun abri je ne trouvepour en retour te les offrir. mais je voudrais, dieu familier,te léguer mes possessions,car en moi brûle un feuet en le feu mes journées.toujours entre caves…