L’appel

Tramay Lyon

(Réédition du 12 septembre 2018)

L’appel

Vers 18h30 un lundi de septembre. Il fait encore très chaud en cette période de l’année, c’est assez inhabituel même pour un Lyonnais. L’été ne veut pas baisser les bras et se résigner à descendre de charge…

Le père :

Lui, Il est dans le tram direction Perrache. Il pense à tout et à rien à la fois. Il pense… Les paysages urbains, les tours, les bâtiments, les places défilent et défilent et défilent devant lui, d’arrêt en arrêt, impulsant ainsi un rythme d’accélération et de ralentissement propice à la somnolence. Parfois, il ne reconnaît même plus la ville tellement elle a changé, tellement lui a changé… Ce soir, il a le temps, le temps du trajet retour en tram : c’est pas désagréable pense-t-il, il suffit de s’asseoir et de se laisser transporter. C’est facile et à cette heure-là, il n’y a plus grand monde dans ce sens. Alors, il prend le temps et il appelle.

Le fils :

Ça décroche. A l’autre bout du fil, une voix, celle d’un ado qui mue, celle d’un ado que l’on dérange. Sa voix, patiente, semble déjà attendre la fin de l’appel. Elle est polie mais n’habite pas la discussion. Il n’y a d’ailleurs même pas de discussion entre ce père et ce fils qui ne se voient qu’une semaine sur deux. Cette séparation des semaines impaires est à chaque fois une espèce de blackout mis en place par le fils. Rien ne filtre ni ne passe excepté en cas de besoins : besoins que lui, le père achète ceci ou cela, que le père achète, achète et achète… Heureusement pour lui que lors des semaines paires tout change…

Le père :

La conversation est banale : quelques questions à propos de sa nouvelle classe, de ses camarades, de ses notes. Le père essaie tout de même de lancer une discussion mais pas grand-chose ne se produit, il dérange. Il n’y a pas un seul mot de tendresse, sympa ni mêmes quelques blagues ou rires qui s’échappent des cordes vocales du fils : rien ! Rien qu’une voix qui traîne en fin de phrase sur un ton monocorde. Peut-être ne peut-il pas parler librement ? Peut-être était-il en train de jouer sur sa X-Box ? Et alors ! Il le sent, il dérange alors il lui dit simplement au revoir sans lui dire qu’il l’embrasse, sans lui dire qu’il l’aime. Il en aurait pourtant envie. Mais rien ne peut sortir, rien, aucun son. Tout reste coincé dans le fond de sa gorge. Il a les boules. Il raccroche. Over !

La vie est parfois si imprévisible. Hier, un si petit garçon sympa. Aujourd’hui, un ado chez sa mère, un ado qui ne pense qu’à son confort immédiat. Demain, un ado chez son père, adorable. La garde alternée n’est pas toujours une bonne chose pour l’amour.

9 commentaires Ajouter un commentaire

  1. La vie d’une famille moderne !

    Aimé par 1 personne

  2. Une situation que je connais que vis mon fils. C’est vraiment très dur je trouve et je ne le souhaite à personne.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Nos enfants sont ainsi : ils s’éloignent parfois et reviennent ensuite

      Aimé par 1 personne

      1. je l’espère pour lui mais je n’y crois pas trop (je parle de mon fils et de sa fille)

        Aimé par 1 personne

        1. ibonoco dit :

          Que nous reste-t-il sinon l’espoir Gyslaine. L’espoir

          J’aime

        2. Oui c’est vrai 🙂

          Aimé par 1 personne

  3. C’est terrible je trouve, les séparations, la garde alternée, ces silences entre gens qui s’aiment…

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Et il faut du temps, beaucoup de temps, de la patience et de l’amour afin que les relations se recomposent, que les liens s’établissent autrement. Un jour, tout bascule et il faut faire autrement

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s