Just a wave…

(Réédition de juin 2019)

A Ibanaca

 

UNE ONDE

Tu es une onde dans l’eau quand il pleut à grosses gouttes sur mon cœur, sur mes joues, les jours d’orage, les soirs d’ennui, les nuits d’oubli, de rage et de désespoir, d’amertume et d’affliction… Une onde, juste une toute petite onde filant de ton cœur vers le mien comme un écho dans la nuit revenant par un soir d’été célébrer l’amour à la lueur de notre éternité.

Tu es une onde dans mon cœur me réchauffant jour après jour de tous ces petits matins gelés par la tristesse quand il pleut à grosses gouttes dans le bac de ma douche et que je me sens mal d’une vie qui n’a toujours rien compris à la vie, d’une vie qui a perdu depuis longtemps ses envies, ses envies de dire tout simplement : « je t’aime » parce qu’elle ne sait plus parler.

Tu es une onde dans mon âme qui caresse mon esprit en lui murmurant à l’oreille que la vie est belle, que la vie vaut d’être vécue et qu’une nuit sans amour et sans magie n’est plus que le refrain amer d’un vague souvenir enfoui et scellé au fond d’une tombe. Alors, « je me souviens des jours anciens…, et pas un sanglot long », rien ! L’onde a recouvert à tout jamais le passé de sa main et s’offre nue au présent qui l’accueille sans un bruit dans les secrets de sa volupté.

Traduction approximative :

A WAVE

You are a wave in the water when it rains heavily on my heart, on my cheeks, on stormy days, on nights of boredom, on nights of forgetfulness, rage and despair, of bitterness and grief… A wave, just a tiny little wave flowing from your heart to mine like an echo in the night returning on a summer evening to celebrate love in the light of our eternity.

You are a wave in my heart warming me day after day from all those little mornings frozen by sadness when it rains in big drops in the tub of my shower and I feel bad for a life that has still not understood anything to life, for a life that has long lost its desires, its desires to simply say: « I love you » because she can no longer speak.

You are a wave in my soul that caresses my mind by whispering in its ear that life is beautiful, that life is worth living and that a night without love and magic is nothing more than the bitter chorus of a vague memory buried and sealed at the bottom of a grave. So, « I remember the old days…, and not a long sob, » nothing! The wave has forever covered the past with its hand and offers itself naked to the present which welcomes it without a sound in the secrets of its voluptuousness.

.

 

 

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Jolie métaphore pour parler d’amour.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Marie-Christine 😃

      J’aime

    1. ibonoco dit :

      Thank you Charlie ☀️😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s