If there was only this…

le

(Réédition)

The Clash – Should I Stay or Should I Go

S’il n’y avait que cela… cette page du quotidien à écrire, jour après jour, mécaniquement, empiriquement, gaiement, tristement, discrètement, parfois bêtement, sans raison aucune ou avec acharnement, avec un but à atteindre ou une simple envie de se saborder parce que l’on peine à avancer comme un train TGV sur des rails qui ne mènent nulle part…

S’il n’y avait que cela… ces pages jaunies par un temps – parfois pluvieux, d’autres fois heureux – qui s’empilent les unes sur les autres, toutes les vingt-quatre heures, au rythme du tic-tac régulier de l’horloge d’un coeur las, pour narrer en chantant le conte des mille et une vie qui en réalité n’en feront qu’une passant comme une étoile filante dans le ciel d’une journée se couchant à tout jamais sur une nuit où seule l’obscurité domine.

Mais tout a changé… insensiblement, méticuleusement, insidieusement, par petites touches, puis de plus en rapidement faisant voler en éclats repères, certitudes, espérances, croyances, consciences et même la raison ou la connaissance de l’histoire d’un Monde qui se meurt agonisant de n’avoir pu lutter contre une médiocrité ambiante préférant l’attrait de l’individualisme à l’universalisme et ses Lumières.

John Ibonoco

The Clash – Should I Stay or Should I Go

If there was only this… this page of daily life to be written, day after day, mechanically, empirically, happily, sadly, discreetly, sometimes stupidly, without any reason or with determination, with a goal to reach or a simple desire to scuttle because one struggles to move forward like a TGV train on rails that lead nowhere…

If that was all there was… these pages yellowed by a weather – sometimes rainy, other times happy – which pile up one on top of the other, every twenty-four hours, to the rhythm of the regular ticking of the clock of a weary heart, to narrate in song the tale of a thousand and one lives which in reality will only be one, passing like a shooting star in the sky of a day setting forever on a night where only darkness dominates.

But everything has changed… insensitively, meticulously, insidiously, by small touches and then more and more rapidly, shattering reference points, certainties, hopes, beliefs, consciences and even reason or knowledge of the history of a World that is dying agonizing from not having been able to fight against an ambient mediocrity that prefers the attraction of individualism to universalism and its Enlightenment.

John Ibonoco

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. fauxcroft dit :

    Good days 👍🙏 Faux

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Thank You Faux

      J’aime

  2. gibulène dit :

    Reste l’espoir…… si l’on est optimiste. Belle soirée John

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Il faut l’être de temps à autre, optimiste

      Aimé par 1 personne

    2. ibonoco dit :

      Il faut l’être de temps à autre, optimiste sinon que nous reste-il ?

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s