INTERVIEW WITH MY CAT

(Réédition)

ENTRETIEN AVEC MON CHAT

Elle est là tout près de moi, comme toujours… recherchant une petite place au soleil, un petit coin de chaleur, de douceur et de tranquillité. Parfois, elle met un peu de temps à se décider – l’affaire étant grave – , mais une fois le lieu de la sieste choisi, elle s’apaise, se détend, la truffe dans la couette, les oreilles presque à l’horizontal et ses papattes tendues vers l’avant. Seul un petit bout de sa queue battant par moment nerveusement l’air laisse paraître un être toujours en alerte, prêt à bondir si une souris venait à s’aventurer dans les parages.

Elle est là tout près de moi, comme toujours… les yeux clos, les moustaches paisibles, recroquevillée en boule de poils, un ronron bien régulier inspirant la quiétude et l’envie parfois d’être né chat. Elle veille sur son monde, son groupe, son univers, sa famille, comme elle le ferait avec ses propres petits. Elle veille, protège, réconforte, c’est sa vie. Elle est comme ça : un être sensible, un être – très – sensible d’une infinie beauté, grâce et élégance ne faisant que refléter une bonté intérieure débordante… ainsi qu’une gentillesse à toute épreuve. Elle est comme ça avec un amour pour ses humains sans bornes, un amour pour ceux qu’elle a décidé un jour de suivre, d’adopter en mettant sa vie entre leurs mains sans conditions… ou presque.

Elle est là tout près de moi, comme toujours… La sieste est terminée ; il va falloir penser à faire quelque exercice. Elle s’étire en baillant tandis que son petit corps se met en branle au prix d’un effort « surhumain ». Un ou deux coups de langue sur son pelage feront l’affaire en guise de toilette. Elle est enfin prête ! De petits miaulements qui me sont destinés m’interpellent alors qu’elle me fixe de son regard – vert – interrogateur. Elle se plante devant moi, miaule, regarde la fenêtre, miaule, me regarde. Et je connais son discours d’enfant gâté :

– « Dis-moi mon humain, me dit-elle, vas-tu te lever et sortir de ton lit douillet ? Ou comptes-tu encore rester sous la couette à attendre que la pluie cesse et que quelques rayons d’automne apparaissent ? Je commence à en avoir un peu marre d’attendre depuis des heures. Je commence à avoir des fourmis dans les pattes, et il faut aussi que je fasse ma ronde. Allez, dépêche-toi et ouvre-moi la fenêtre que je puisse faire un tour sur le toit. J’aime beaucoup le contact des tuiles sous mes coussinets. J’aime beaucoup m’y allonger dessus quand celles-ci portent encore en elles la chaleur du soleil. Et puis, la vue est magnifique, surtout le soir avec toutes ces lumières qui scintillent. C’est un poste de garde idéal pour la chasse. Alors, tu me l’ouvres cette fenêtre ou je continue de te casser les oreilles ? Tu sais, je suis très patiente… » 

Restant sourd à ses prières, elle s’approche de moi toujours en me fixant droit dans les yeux, la démarche féline assurée et vient frotter sa tête contre la mienne, me sentir le visage, me mordiller le bout du nez, une fois, deux fois, trois fois… Elle tourne, tourne et tourne autour du moi, me questionnant toujours plus par ses miaulements plus ou moins brefs, aigus ou rauques. Ma main passe délicatement sur sa petite tête, caresse ses oreilles, son cou puis son dos. Ses ronrons se font entendre encore plus forts. Son moteur diesel est en marche et turbine à plein régime. Son regard croise une dernière fois le mien. Il est intense de vie, d’intelligence et de détermination. Il est d’une beauté inégalée et d’une profondeur sans fond d’où l’amour remonte par vagues successives venant annihiler chez moi toute résistance. Je me lève et lui ouvre la fenêtre donnant sur le toit. En une fraction de seconde, elle tourne sa petite tête vers l’ouverture, ayant senti le filet d’air frais pénétrant dans la chambre. Et hop, en un bond, elle se retrouve sur le toit dominant ainsi le monde tout entier. Et hop, quelques secondes plus tard, elle cherche à entrer de nouveau, la pluie ayant eu raison de son instinct de liberté. Elle vient tout près de moi et se recouche en attendant le prochain éveil. Que voulez-vous ? La pluie n’est pas l’ami des chats !

John Ibonoco

We love Titi.

INTERVIEW WITH MY CAT

She’s there right next to me, as always… looking for a little place in the sun, a little corner of warmth, softness and tranquility. Sometimes she takes a little time to make up her mind – it’s a serious matter – but once she’s decided where to take her nap, she calms down, relaxes, her nose in the duvet, her ears almost horizontal and her paws outstretched forwards. Only a small piece of its tail, at times nervously flapping in the air, leaves the impression that it is always alert, ready to pounce if a mouse ventures in the vicinity.

She is there close to me, as always… eyes closed, whiskers peaceful, curled up in a ball of hair, a very regular purr inspiring quietness and the desire sometimes to be born a cat. She watches over her world, her group, her universe, her family, as she would do with her own little ones. She watches over, protects, comforts, it’s her life. She is like that: a sensitive being, a – very – sensitive being of infinite beauty, grace and elegance that only reflects an overflowing inner goodness… as well as an unfailing kindness. She is like that with a love for her humans without limits, a love for those she decided one day to follow, to adopt by putting her life in their hands unconditionally… or almost unconditionally.

She’s right there next to me, as always… Nap time’s over; we’ll have to think about doing some exercise. She stretches and yawns while her little body is set in motion with a « superhuman » effort. A lick or two on his coat will do the trick as a toilet. She’s finally ready! Little meows that are meant for me call out to me as she stares at me with her interrogative – green – gaze. She stands in front of me, meows, looks at the window, meows, looks at me. And I know his spoiled brat speech:

– « Tell me my human, » she said, « will you get up and get out of your cozy bed? Or are you still planning to stay under the duvet waiting for the rain to stop and for some autumn rays to appear? I’m getting a little tired of waiting for hours. I’m starting to get ants in my paws, and I’ve got to do my rounds, too. Come on, hurry up and open the window so I can take a ride on the roof. I really like the touch of the tiles under my pads. I really like to lie on them when they still carry the warmth of the sun. And the view is beautiful, especially at night with all the lights flickering. It’s an ideal guard post for hunting. So, are you going to open that window for me, or do I keep busting your ears? You know, I’m very patient… »

Remaining deaf to her prayers, she always comes close to me, staring me straight in the eyes, her feline gait assured and comes to rub her head against mine, to feel my face, to nibble the tip of my nose, once, twice, three times… It turns, turns and turns around the me, questioning me more and more by its more or less brief, acute or hoarse meows. My hand passes delicately over his little head, caressing his ears, his neck and then his back. His purring gets even louder. Its diesel engine is running and the turbine is at full throttle. Her eyes meet mine one last time. It is intense with life, intelligence and determination. It is of an unequalled beauty and a bottomless depth from where love rises in successive waves coming to annihilate all resistance in me. I get up and open the roof window for him. In a fraction of a second, she turned her little head towards the opening, having felt the trickle of fresh air entering the room. And then, in one leap, she finds herself on the roof, dominating the whole world. A few seconds later, she tries to enter again, the rain having overpowered her instinct for freedom. She comes very close to me and lies back down waiting for the next awakening. What do you want? Rain is not a cat’s friend!

John Ibonoco

We love Titi.

12 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Bonjour, belle description du réveil avec le chat à côté de soi qui veut sortir !

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Marie-Christine,

      C’est un vrai membre de la famille
      Bonne soirée
      Amitiés
      John

      J’aime

  2. pvcann dit :

    Loved this – a narrative poem as well!

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Thank you for your words 😀 my friend

      Aimé par 1 personne

  3. C’est tellement ça ! Quelle belle déclaration d’amour 🙂 Mes chats me manquent tellement ! Presque pas un jour sans que soit mon chéri, mon fils ou moi, n’évoquions l’une ou l’autre de ces petites boules de poils qui ont semés des cœurs et des étoiles dans notre quotidien pendant près de vingt ans.
    Merci pour ce jolie texte, tout doux.
    Je t’embrasse, John ! A bientôt !
    Dom Zéa

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Dom,
      Ce sont des membres de la famille à part entière.
      Et avec le temps, la communication est de plus en plus intelligible.
      Bizzz et amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

  4. colettedc dit :

    J’adore et, je renouvelle mes caresses à Titi !!!
    Bon mardi John,
    Amitié 😘

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Je transmettrai à ma Titi. Et elle en sera très contente ; elle est vraiment très très gentille et adorable.
      Bon mardi également Colette.
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

  5. Ah les chats…j’habite chez les miens (ils sont trois) et je suis un peu leur esclave, mais pour rien au monde je les quitterais ! Belle journée John, amitiés 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Martine,

      Hé ! oui; nous sommes leur humain et il nous aime. On a beaucoup à apprendre d’eux : comment ils communiquent avec nous…
      Beau mardi également
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

  6. marie dit :

    Coucou John, quelle belle histoire d’amour, d’amitié , le chat est notre ami, différent du chien mais tellement attachant avec leurs manies , leurs caprices, la nôtre décide toujours de me déranger pour sortir dès qu’elle me voit assise, elle a pourtant sa trappe , mais c’est tellement mieux de me faire enrager, elle passe arrogante telle une reine devant moi qui tient la porte ouverte à Sa majesté! bisous MTH

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Hello Marie,
      Ce sont des altesses, des majestés. Ce sont les plus fidèles de mes amis
      Bisous Marie
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s