Are you an incompetent?

(Réédition)

« De toutes les nécessités à subir, celle de l’incapacité est la plus insupportable. »

François-René, vicomte de Chateaubriand, François-René Chateaubriand (1768 – 1848), est un écrivain et homme politique royaliste français. Il est l’un des grands noms de la littérature française, son œuvre majeure étant ses « Mémoires d’outre-tombe ».

« Of all the necessities to be endured, that of inapacity is the most unbearable. »

François-René, Viscount de Chateaubriand, François-René Chateaubriand (1768 – 1848), is a French royalist writer and politician. He is one of the great names of French literature, his major work being his « Memoirs from beyond the grave ».

29 commentaires Ajouter un commentaire

  1. ivernazza dit :

    La nature est clémente, les incompétents ne semblent pas souffrir du complexe généré en droite ligne par le principe de Peters… voyez Micron… et tant de ses ministres ou ministrables.

    J'aime

  2. Il me semble que l’incapacité à faire, a dire, a ressentir peut être corrigée. Ce n’est qu’une question d’apprentissage. La bêtise me semble bien plus insupportable. A moins que je n’ai pas bien saisi le contexte ?
    Belle journée et amitiés John.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Catherine,
      Oui, nous apprenons tout au long de la vie Nous ne sommes que des apprentis cherchant pour certains à s’améliorer.
      Je pense qu’ici, Chateaubriand fait directement référence à l’incompétence, la bêtise…
      Catherine, il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse. Chacun apporte sa vision, sa compréhension. 😊
      Bel après-midi Catherine
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

  3. ibonoco dit :

    Hé oui, on atteint parfois très vite son seuil d’incompétence.

    J'aime

  4. marie dit :

    Bonjour John, incapable , que de fois j’ai entendu ce mot dans la bouche de beaucoup de personne, cela ne me concernait pas tout le temps mais souvent, et je ne supporte plus ce mot, quand je l’entends même si je ne suis pas concernée, je « rue  » dans les brancards, c’est ainsi que l’on « fabrique » des « incapables » car on ne les encourage pas. Plus jeune je me disais : pas la peine que je fasse d’efforts puisque je ne suis pas « capable » bisous bon après-midi MTH

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Marie,
      Combien sommes-nous nombreux à avoir subi ce genre de brimades, de dévalorisation, de disqualification. Et je suis d’accord avec toi. Je suis prêt à ruer dans les brancards. On ne devrait jamais enfermer une personne en lui faisant croire qu’elle est incapable.
      Maisbici, Chateaubriand semble plutôt faire référence aux incompétents, à ceux qui occupent des postes au-dessus de leurs capacités.
      Bisous Marie
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

  5. Dominique dit :

    Tu aurais du compléter la phrase… 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Dominique dit :

      mon comm. est pour John (avant qu’ils ne s’empêtrent tous), car le voilà sous le comm. de Marie.

      J'aime

  6. ivernazza dit :

    Chère MTH; il me semble qu’entre un jugement d’incapabilité et la réalité de la chose il y a souvent la marge de la compétence de celui qui se croit fondé à vous juger comme tel. La vie finit par démontrer que tout humain possède en propre une ou plusieures aptitudes qui lui sont spécifiques; mais que peu nombreux sont ceux qui ont la grâce de les découvrir pour eux-mêmes et de pouvoir les exploiter. La devise « Humble? Oui. Modeste? Jamais! » n’est pas une invitation à la prétention, mais à la recherche de ce que l’on vaut et dans quelles limites. Pour les zozos qui confirment la validité du principe de Peters; le drame est d’une tout autre nature et déploie souvent des effets qui les dépassent de beaucoup.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Je reprendrai cette sentence : Humble ? Oui. Modeste ? Jamais !

      J'aime

      1. ivernazza dit :

        Mon père l’attribuait à Baudelaire mais je n’en ai pas encore trouvé la trace… et en matière de citations on ne prête qu’aux riches. Pensez à la boutade de ce révolutionnaire Mexicain illettré s’étonnant des déclarations que Time Magazine lui prêtait et qui, mourant assassineé, avait fait venir l’envoyé spécial qui lui avait éte attaché et lui avait demandé: « Dis-moi? Quelles ont éte mes dernières paroles? »

        Aimé par 1 personne

        1. ibonoco dit :

          Mais c’est excellent ! Et vrai ?

          J'aime

        2. ivernazza dit :

          Je pense qu’il s’agissait de Pancho Villa (Emiliano Zapata était lettré). Mais c’est sans doute une légende puisqu’on dit qu’il serait mort sur le coup. Je pense que l’un et l’autre révolutionnaires étaient suivis par des correspondants de guerre Gringos (« Green… go home! ») qui leur étaient attachés… en particulier pour renseigner Sam et Juarez via Sam…

          Aimé par 1 personne

        3. ibonoco dit :

          Merci pour cette information. C’est toujours intéressant de connaître l’histoire de l’Histoire.

          J'aime

  7. Une phrase toujours d’actualité!

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Cela ne change pas et n’est pas prêt de changer

      J'aime

  8. The man made a heck of a nice steak, too. (Comment by an uncouth American.) 😊

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      No, rudeness is accepted here 😊.

      J'aime

  9. fauquetmichel dit :

    Malheusement l’ incapacité grandit avec l’âge ! Chateaubriand avait raison

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Elle grandit avec l’âge et parfois avec l’ambition démesurée.

      J'aime

  10. colettedc dit :

    Tout à fait, je trouve, puisqu’elle empêche d’avancer !
    Bon vendredi John,
    Amitiés ❤

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Soyons tous capables aujourd’hui d’avancer vers plus d’humanité.
      Amitiés Colette
      John

      Aimé par 1 personne

      1. ivernazza dit :

        Au point d’effondrement auquel le bipède humain (tremblant de toutes les frayeurs primitives possibles et imaginables) ne pensez-vous qu’il s’agirait plutôt de retourner vers plus d’humanité? Je pense à l’idéal chevaleresque mais d’abord et avant tout aux structures germaniques (d’avant le crime de guerre carolomagnien de Verden) si socialement équilibrées et surtout en harmonie avec la loinatuelle de l’échelle optimale (précisément l’INVERSE de cette tentative démesurée de mondialisation déclenchée par des prométhéens en roue libre).

        Aimé par 1 personne

        1. ibonoco dit :

          Plus d’humanité, oui, c’est-à-dire remettre replacer l’humain au centre des préoccupations de politiques publiques, actions…

          Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s