Bialik the protector

le

(Réédition)

PROTEGE-MOI

Prends-moi sous ton aile et protège-moi.
Sois ma mère et ma soeur.
Et que je fasse de ton sein le refuge de ma pensée, le nid de ma prière inexaucée.
Entre le jour et les étoiles, à l’heure des pitiés, sur moi penche-toi : je te dirai tout le secret de ma douleur,
On dit qu’au monde existe une jeunesse.
Où est-elle ma jeunesse ?
Encore un secret que je te confie : une flamme brule dans mon âme.
On dit qu’au monde il existe un amour…
Qu’est-ce que l’amour ?
Les astres m’ont trompé, j’ai fait un rêve, il a passé.
Maintenant, je n’ai rien au monde, plus rien.
Prends-moi sous ton aile et protège-moi.
Sois ma mère et ma soeur.
Et que je fasse de ton sein le refuge de ma pensée, le nid de ma prière inexaucée.

חיים נחמן ביאליק

 

Haïm Nahman Bialik, Chaim Nahmane Bialik (1873-1934) né en Russie, est un célèbre poète de langue hébraïque, essayiste et journaliste. En 1903, au lendemain du pogrom de Kichinev, il sera l’auteur d’un poème qui marquera l’histoire de la littérature hébraïque : « Dans la ville du massacre ». En 1924, il s’installera en Palestine pour fuir la dictature bolchevique…

.

PROTECT ME

Take me under your wing and protect me.
Be my mother and sister.
And let me make your womb the refuge of my thoughts, the nest of my unanswered prayers.
Between the day and the stars, at the hour of mercy, lean down on me: I will tell you all the secret of my pain,
They say that there are young people in the world.
Where is my youth?
Another secret I confide in you: a flame burns in my soul.
They say there is love in the world…
What is love?
« The stars deceived me, I had a dream, it passed away
Now I have nothing in the world, nothing left.
Take me under your wing and protect me.
Be my mother and my sister.
And let me make your womb the refuge of my thoughts, the nest of my unanswered prayers.  

חיים נחמן ביאליק

 

Haim Nahman Bialik, Russian-born Chaim Nahmane Bialik (1873-1934), is a famous Hebrew-speaking poet, essayist and journalist. In 1903, in the aftermath of the Kishinev pogrom, he was the author of a poem that marked the history of Hebrew literature: « In the City of Massacre ». In 1924, he settled in Palestine to escape the Bolshevik dictatorship…

 

 

10 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Solène Vosse dit :

    Waw, que c’est prenant ! Et que de belles découvertes pour moi, en ce mardi matin, de pluie et de vent glacial. Ça donne envie de se réfugier sous les ailes protectrices de la poésie. La belle et bonne poésie.
    Tu m’as donné envie d’en savoir plus, d’en lire plus sur ce monsieur. Et ma curiosité grandissante va me conduire tout droit vers notre ami Google.
    Merci John pour ce partage qui m’enchante. Moi j’dis « encore » !
    Bel après-midi à toi, l’ami Ibonoco. A bientôt.
    Au plaisir de te lire.
    😘🌹

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Solene,
      Tes mots compensent avec chaleur ce temps maussade, pluvieux et froid de ce mardi.
      Bel après-midi Solène
      John 😊

      Aimé par 1 personne

  2. Beau poème, c’est une découverte, je ne connaissais pas cet auteur!

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Marie-Christine,
      Il est toujours agréable de partager de nouvelles poésies.

      J'aime

  3. Prends moi sous ton aile et protège moi, poésie ! 🕊️
    Bonne journée à toi, John.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Allez, c’est parti

      Aimé par 1 personne

  4. C’est beau, magnifique ! Merci pour cette découverte John. Je suis admirative du mal que tu te donnes pour nous dénicher sans cesse de tels talents. Merci encore et belle soirée. Amitiés.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Catherine, j’apprécie sincèrement. C’est le but du partage : faire découvrir et transmettre, transmettre des émotions, des couleurs, de la douceur ou de la tristesse parfois.
      Belle soirée Catherine
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

  5. Lazuli Biloba dit :

    Emouvant accord entre la tension des traits de ce visage et celle de l’appel désespéré du poème. Merci, John, pour cette découverte, Danielle

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Je vous en prie Danielle.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s