Somewhere in Dublin

img_20181008_1216131848588015622758663.jpg

(Réédition du 11 octobre 2018)

Une rue de Dublin, un lundi vers 18 heures à la tombée de la nuit. Le temps est humide et doux en ce début de mois d’octobre, la mer d’Irlande venant tempérer les premières ardeurs de l’automne. Aucun building à l’horizon pour s’élancer dans le ciel à la rencontre des nuages. Seules les briques rouges ou jaunes des bâtiments et habitations mitoyennes révèlent une architecture typique de l’époque géorgienne ou victorienne sur fond de révolution industrielle. Et, par endroit, au détour d’un angle de rue, d’un quartier, on retrouverait presque comme des airs de New York.

Les bus jaunes à deux étages sillonnent les rues et ramassent au passage les personnes qui vont et viennent d’un point à un autre pour les emporter toutes vers la destination de leur choix. Quelques palmiers en pot alignés le long de terrasses étendent leurs palmes en guise de bienvenue. Des géraniums lierres – en fleur – suspendus sur certains poteaux ont l’air de bien se porter. Dans les jardins des pavillons, de magnifiques yuccas montent la garde depuis déjà de nombreuses années, ils ont l’air d’aimer la richesse de la terre et son hospitalité. D’ailleurs, ici, tout est vert, très vert ; même le ciel s’il le pouvait se teinterait de vert pour faire honneur à Saint Patrick et à sa patrie…

Sur les avenues, on y rencontre beaucoup d’étudiants de Trinity College ou de Dublin City University aux accents français, allemand, espagnol et italien. Il fait bon se balader, s’imprégner de l’humeur bienveillante de la ville et de flâner de rue en rue. Dans le centre, celles-ci sont bondées de monde tandis que les pubs commencent à accueillir l’étudiant étranger, le touriste, le retraité, le groupe de copines, le cadre d’entreprise ou l’employé de bureau. Tout le monde se retrouve au pub, c’est un lieu de vie très familier, on y vient après le travail pour boire une ou deux pintes avant de rentrer à la maison…

Ce soir, tu recherches quelque chose de particulier, quelque chose d’un peu plus typique et d’un peu plus éloigné géographiquement du quartier branché de Temple Bar. Tu veux de la musique irlandaise, de la bière, un p’tit truc à grignoter, en bref de l’animation… mais de l’animation avec une âme authentique, typique et certainement pas à 9 euros la pinte de Guinness. Tu recherches, tu cherches et tu trouves ! Non loin de St Stephen’s Green au sud de Dublin, il y a le O’Donoghue’s Pub au 15 Merrion Row. C’est le Graal pour celui qui désire, l’instant d’une parenthèse, se vivre autrement et ressentir l’Irlande par son folklore et son histoire

Tu pénètres à l’intérieur difficilement, la bar est pris d’assaut par une nuée de personnes une pinte à la main, accoudées au comptoir, discutant, se marrant, allant pisser. Les murs sont recouverts de portraits, de miroirs… Dans chaque coin et recoin, des tables et des tables, des banquettes, des fauteuils et des sièges. Toutes les places sont déjà prises. Et il y a le bruit des discussions qui fusent dans tous les sens, ses paroles qui s’envolent pour tournoyer dans la salle et enfin s’échapper par la porte de la salle arrière qui donne sur une terrasse couverte où des tonneaux servent de table. Ça fume, ça picole, ça rigole, ça discute sous les résistances des chauffages. Il fait bon.

A l’intérieur, il y a le bruit… et la musique, des voix qui s’élèvent sur des sons de bandjo et de guitare. A l’entrée, un groupe affalé sur les banquettes grattent quelques mélodies. A l’arrière, deux seniors chantent des classiques irlandais. Le temps s’est arrêté, comme tous les soirs, sur quelques pages d’histoire et de folklore. C’est la tradition des pubs et de leurs musiques. On y vient aussi pour cela : partager de bons moments entre potes dans une mixité sociale totale. Et il fait bon vivre ces moments-là qui racontent les fragments des temps passés, d’une histoire d’amour ou d’un conte de fée…

I met my love by the gas works wall
Dreamed a dream by the old canal
I kissed my girl by the factory wall
Dirty old town
Dirty old town
Clouds are drifting across the moon
Cats are prowling on their beat
Spring’s a girl from the streets at night
Dirty old town
Dirty old town
I heard a siren from the docks
Saw a train set the night on fire
I smelled the spring on the smoky wind
Dirty old town
Dirty old town
I’m going to make me a good sharp axe
Shining steel tempered in the fire
I’ll chop

21 commentaires Ajouter un commentaire

  1. marie dit :

    Bonjour , je suis sûre que j’aurais aimé y aller. Bon après-midi Amitiés MTH

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Marie,
      C’est une très belle vie où les habitants sont très accueillants.
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

  2. iotop dit :

    Bon jour John,
    Cela me rappelle ce genre de style, comme par exemple, dans une grande de l’ouest de la France « Le Santeuil »… une ambiance, un aspect intimiste tout étant collectif, …
    Remarque : « … ressentir l’Irlande pas son folklore et son histoire » … dans la phrase le : « pas », je pensais dans le compréhension du texte le mot : »par ». Me trompais-je ? Ou alors il manque une virgule entre Irlande et pas. (je suis tatillon, parfois) 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Exact, pour le par et non le pas. Je vais corriger Max-Louis 😊

      Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Thank You 😊😊

      Aimé par 1 personne

  3. On s’y croirait, belle description, John.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci à toi.
      😊😊

      J'aime

  4. blackbonnie64 dit :

    Un régal cette plongée au coeur des pubs de la verte Erin. Je m’y suis déjà rendu 5 fois. La dernière le mois dernier. Fois de Patrick ta description est parfaite, tout y est.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Blackbonnie,
      Bonne journée à toi 😊

      J'aime

  5. Alain J dit :

    Ah ! Chouette ambiance dans les pubs
    Irlandais

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Alain.
      Bonne soirée

      J'aime

    1. ibonoco dit :

      Bonsoir Marie-Christine,
      Dublin est très hospitalier.
      Amitiés
      John

      J'aime

  6. Oui ! Je me souviens bien de ce texte et de tout ce que cela m’avait évoqué la première fois que je l’ai lu. L’intensité y est toujours aussi forte et belle. Je l’ai relu avec grand plaisir. 🙂 Merci John.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Laurence,
      C’est un plaisir partagé.
      Belle soirée
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

  7. Hédoné dit :

    Que de souvenirs pour moi…
    Merci de les avoir fait revivre John.
    Belle soirée

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonne journée Hédoné…

      J'aime

  8. colettedc dit :

    C’est agréablement bien décrit, John !
    Bon vendredi,
    Amitiés♥

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Colette,
      Merci et bon vendredi également,

      John

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s