Un Noël au ski à Saint-Tropez

 

Le premier mercredi du mois de janvier, vers 17h00 à Saint-Tropez.

Il a fait un temps magnifique toute la journée avec une douceur de vivre appelant l’âme de l’adulte à la bella vita en l’incitant à faire l’école buissonnière jusqu’à la fin de sa vie. Au bord de l’eau, le flux et le reflux régulier des vagues d’une mer tranquille sonne à l’oreille comme une musique hypnotique et rassurante. Ici, depuis des milliers d’année, la mer méditerranée entraîne l’homme dans ses flots pour parfois ne plus jamais le libérer de son emprise. Malgré l’hiver, la végétation reste d’un vert persistant avec les pins parasols et leur tête en forme de brocolis. Les eucalyptus puissants montent leurs branches toujours plus haut vers le ciel tandis que les chênes-lièges au tronc torturé par la main de la nature bordent les routes et s’en vont courant au loin sur les collines. Dans les jardins, les géraniums portent des fleurs roses, rouges et blanches. Les palmiers sont toujours à l’honneur et se mêlent aux lauriers qui n’ont plus rien de rose tout en discutant avec l’olivier, toujours aussi sage et patient. Cette année, il n’y a pas eu de gelées… et l’herbe est bien plus verte ici qu’ailleurs.

Quand on arrive de Gassin ou de Cogolin à St-Tropez par le bord de mer, on peut apercevoir un dernier rayon de soleil fondre derrière les habitations situées sur les hauteurs. Une noria de véhicules quittent la station balnéaire après une journée bien ensoleillée où le mercure a affiché 15°C. Mais dès que le soleil a totalement disparu du ciel, qu’il a migré vers d’autres lieux où il pourra officier en offrant au monde une nouvelle journée, la température descend d’un coup. Il ne fait plus que 2 ou 3 degrés C. L’humidité envahit rapidement les rues. Les terrasses du port se vident malgré les réchauds à gaz. Les touristes, voisins et autres vacanciers vident les lieux ; les voitures, pare-choc contre pare-choc, serpentent le long de la côte en direction de la sortie. D’autres rejoignent la Place des Lices pour y prendre un apéro bien mérité après une journée de farniente éreintante. On se croirait en été.

Les parkings sont bondés. Trouver une place reste un exercice difficile comme en été quand on cherche un coin plus abrité, plus intime, éloigné du port. Partout, des décorations de Noël : des guirlandes électriques formant une voûte au-dessus des rues commerçantes, les murs du port changeant de couleur, les grands pins revêtus de « bustiers » lumineux se prenant pour des géants… Partout, des promotions affichées sur les vitrines des commerçants et de la gaîté dans l’air. Le bling-bling des mois d’été a laissé place à une certaine décontraction où l’on préfère vivre avec simplicité que de se montrer au premier venu bien mis en espérant qu’il se transforme en prince charmant.

La place des Lices est… toujours à la même place. Il y règne une grande animation, dans les bistrots, dans les magasins. Le salon des antiquaires accueillent également son lot de badauds et ses fouineurs en tout genre. Sur le côté gauche de la place, il y a toujours les bancs, les platanes mais sans aucune partie de pétanque, il fait à présent un peu frais. Du côté gauche, une musique de fête foraine et les cris semblent indiquer la présence de manèges. En avançant dans cette direction, on commence par apercevoir une petite forêt de sapins décorés, puis de petits chalets proposant du vin chaud, des crêpes ainsi que d’autres collations. Des mères de famille papotent tranquillement sur des bancs en attendant que leurs enfants terminent leur tour de patinoire. On est à la montagne dans une petite station de ski de Savoie ou de Haute-Savoie. Une grande patinoire accueille pour deux euros petits et grands, chacun dans la partie qui leur est réservée. D’un seul coup de baguette magique, la mer s’est retirée et les fêtes de Noël en montagne sont à l’honneur. Des rires, des cris de bonheur, de la détente et de la joie sous les platanes de Saint-Tropez, à côté d’une petite forêt de pins et de chalets vous transportent très loin de Saint-Trop pour vous mener au cœur de Saint-Tropez.

20 commentaires Ajouter un commentaire

  1. gibulène dit :

    une petite envie d’y faire un tour……… mais y a-t-il une bonne saison pour s’y garer ? j’ai des doutes……….. cet été Cogolin et Gassin et St e Maxime étaient saturées aussi, mais c’était l’été……….

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Se garer reste toujours un problème. Il faut souvent aller sur le parking du port ou trouver une petite rue.

      Aimé par 1 personne

      1. gibulène dit :

        bizarrement la dimension des rues est inversement proportionnelle au nombre de touristes 😀

        Aimé par 1 personne

  2. karouge dit :

    la première et dernière fois que je suis allé à Saint Tropez, c’était avec ma mère, il y a cinquante ans. J’étais tout gamin, ce qui explique peut-être que je n’ai jamais eu envie d’y retourner depuis. Pourquoi ? parce que les films avec De Funès montraient les décors, le vrai village d’antan et qu’aujourd’hui la ville, comme toute la Côte d’Azur, sont devenus des ramasse-touristes de masse qui achèvent et pourrissent tous ces lieux où la vie se jouait entre un verre de Pastis et quelques boules de pétanque sous les platanes, l’Eté. Il en est de même pour Venise, Rome ou Lisbonne, où l’on peut sortir un minimum des clous car ce sont de grandes villes (comme Lyon ou Marseille .😁)
    Le tourisme meurtrit toutes les saisons de l’année, mais pourtant la curiosité, le changer d’air, voir la mer, restent des choses saines et bénéfiques. Il faut simplement pouvoir s’y rendre « en morte saison », en « très morte saison », bref, quand il fait trop froid ou qu’il pleut etc et qu’on préfère rester à la maison. La Nature est bien faite : rester chez soi pour ne pas polluer la Planète?

    Aimé par 4 personnes

    1. ibonoco dit :

      Au fil de mes visites, je redécouvre Saint-Tropez et ses environs en dehors du tourisme de masse. Le Var reste un magnifique endroit… et je suis tout-à-fait d’accord avec ton analyse concernant les lieux dénaturés par le tourisme.
      Merci à toi de m’avoir fait par de tes impressions.
      🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Elisabeth dit :

        La chanson, déjà à l’époque, proposait une vision très exacte de la situation. Je ne connaissais pas cette chanson ! Merci de me l’avoir fait découvrir ! Aujourd’hui, « on voit encore plus de peau, et ça n’arrange pas le tableau ! » Mais celui peint par l’auteur de ce bel article est ravissant, plein de douceur de vivre ! Bravo !

        Aimé par 1 personne

  3. Alors moi, qui suis remplie et dans les moindres fibres des impressions intenses ce superbe texte, je me suis juste laissée prendre par la magie de chaque mot, de chaque image, de chaque rayon de soleil aussi timide soit-il, de chaque rire, sourire, si détendus, si déliés, si pleins de vie, de joie de vivre, de celle qui vous fait goûter pleinement à ces moments rares de leur profondeur, privilégiés parce qu’exceptionnels. Et figurez-vous Ibonoco que j’ai eu juste envie de me laisser aller agréablement à m’installer dans votre texte pour savourer la moindre parcelle de cette atmosphère simple, détendue où la fraîcheur et la douceur sont ruisselantes de bien-être. Vous pouvez mettre tous les superlatifs positifs qui vous viennent à l’esprit et je serais en phase avec eux, c’est vous dire! Merci beaucoup Ibonoco pour ce précieux joyau de début d’année.

    Aimé par 3 personnes

    1. ibonoco dit :

      Et moi, je vous remercie d’avoir apprécié ce texte et de me faire part, de façon fine et avisée, de vos remarques, impressions et commentaires.
      C’est toujours un plaisir que d’échanger avec vous.
      Excellente fin de journée.

      Aimé par 1 personne

      1. Plaisir partagé Ibonoco, bonne soirée au nid douillet de vos souvenirs.

        Aimé par 1 personne

        1. ibonoco dit :

          Bonne soirée.
          Merci

          Aimé par 1 personne

  4. Elisabeth dit :

    La chanson, déjà à l’époque, proposait une vision très exacte de la situation. Je ne connaissais pas cette chanson ! Merci de me l’avoir fait découvrir ! Aujourd’hui, « on voit encore plus de peau, et ça n’arrange pas le tableau ! » Mais celui peint par l’auteur de ce bel article est ravissant, plein de douceur de vivre ! Bravo !

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Elisabeth de me faire partager vos impressions.
      A bientôt.

      Aimé par 1 personne

  5. colettedc dit :

    Un magnifique Noël que celui-ci et si bien raconté !
    Bon week-end !

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Colette. Je te souhaite un très bon week-end également.

      Aimé par 1 personne

  6. Que dire de plus…qu’ajouter, si ce n’est reprendre à mon compte tous ces commentaires élogieux qui me précèdent. Cependant j’ajouterai que j’ai aimé ressentir l’émerveillement et la joie de vivre que vous avez glissés entre les lignes…Merci pour ce voyage …!
    Bon weekend John
    Manouchka

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci à vous Manoucka.
      Excellente soirée.
      A bientôt.

      Aimé par 1 personne

    2. ibonoco dit :

      Et cela me touche toujours de pouvoir échanger

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s