The butterflies of my childhood

le

J’HABITE CES LIEUX DEPUIS LONGTEMPS

J’habite ces lieux depuis longtemps.
Ils surplombent les sources qui murmurent dans les
montagnes.
Et tandis que les enfants y chassent des papillons,
élancés et muets,
les pins arborent un silence séculaire.
J’habite ces lieux depuis longtemps,
et lentement le temps me consume.
Regarde, dis-je, regarde-toi :
tu ne te reconnais pas.
Ces yeux, jadis profondeurs
où tes désirs plongeaient
comme les cônes des pins au clair du soleil,
ne sont à présent que deux gouffres,
refuges nocturnes de pluies improbables.
Ces bras qui labouraient jadis
la terre poreuse de tes errances,
ressemblent à présent à des tiges de saule,
sur l’eau, branches stériles, fourchues.
Comme les enfants, dis-je,
tu jouais avec les papillons,
et leur poudre d’or
couvrait de fleurs ta cerisaie.

Mais insouciant,
tu les a laissés mourir entre tes doigts,
sans comprendre que la plus grande sagesse
était de garder le papillon vivant de ton enfance,
étoile chaude dans la main.
Elle aurait éclairé ces lieux,
où tu vis seul depuis longtemps,
lentement vieilli par le temps.

Aco Šopov (1923-1982), est un célèbre poète, traducteur et diplomate yougoslave originaire de Macédoine. Il a notamment traduit des auteurs du monde entiers dont des auteurs de langue française tels que : Pierre Corneille, Edmond Rostand et Léopold Sédar Senghor.

I HAVE LIVED HERE FOR A LONG TIME

I have lived in these places for a long time.
They overhang the springs that murmur in the
mountains.
And while the children chase butterflies,

slender and mute,
the pines are silent for centuries.
I have lived here for a long time,
and slowly time consumes me.
Look, I say, look at yourself:
you don’t recognize yourself.
These eyes, once depths
where your desires plunged
like pine cones in the sunlight,
are now only two chasms,
night shelters of improbable rains.
These arms which ploughed formerly
the porous earth of your wanderings,
now look like willow stems,
on the water, barren branch
es, forked.
Like children, I say,
you played with butterflies,
and their golden powder
Covered your cherry orchard with flowers.

But carefree,
you let them die between your fingers,
not understanding that the greatest wisdom
was to keep the living butterfly of your childhood,
warm star in your hand.
It would have lit up these places,
where you have lived alone for a long time,
slowly aged by time.

Aco Šopov (1923-1982), is a famous poet, translator and Yugoslav diplomat from Macedonia. He translated authors from all over the world, including French authors such as Pierre Corneille, Edmond Rostand and Léopold Sédar Senghor.

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Je le découvre, merci beaucoup, très bon week-end

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonsoir Louise,
      Les présentations sont donc faites.
      Bon week-end

      Aimé par 1 personne

      1. Bon week-end à vous aussi, vivement votre gâteau du dimanche et merci pour votre lecture 🙂

        Aimé par 1 personne

        1. ibonoco dit :

          Merci Louise. Bon dimanche également. 😀

          Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s