At night, my lady is a river

(Réédition)

(A Julie que je ne connaissais pas,16 ans, décédée du coronavirus, 24-25 mars 2020)

DAME HUATXEQUE

Forêt Maya

A peine sortie du bain, nouvellement née de la nuit, nue, salutaire, elle rôde vers les lisières. Sur sa poitrine flambent des joyaux arrachés à l’été. L’herbe lisse, l’herbe bleue presque noire qui croît au bord du volcan, couvre son sexe. Dans son ventre un aigle déploie les ailes, deux ennemis s’enlacent, l’eau repose. Elle vient de loin, du pays humide. Peu l’ont vue. Je vais dire son secret : le jour, elle est une pierre sur le bord du chemin ; la nuit, une rivière qui coule aux côtés de l’homme.

Octavio Paz (1914-1998) in Liberté sur parole (1949), Éditions Gallimard, nrf, poésie, 1998, pp.103, Octavio Paz est un essayiste et écrivain mexicain, considéré comme l’un des plus grands poètes de langue espagnole au même titre que Jorge Borges, Gabriel Garcia Marquez ou Pablo Neruda. Il mènera également une carrière en tant que diplomate mexicain… Alors qu’il réside en Espagne durant la guerre civile, il soutiendra la lutte des républicains. En 1990, il deviendra prix Nobel de littérature.

(To Julie I didn’t know, 16, died of coronavirus, March 24-25, 2020)

HUATXIC LADY

Gouffre Cenote dans la forêt tropicale de la Riviera Maya au Mexique maya

Barely out of the bath, newly born of the night, naked, healthy, she prowls towards the edges. On her chest flames jewels torn from the summer. Smooth grass, the blue almost black grass growing on the edge of the volcano, covers her sex. In its belly an eagle spreads its wings, two enemies hug each other, the water rests. She comes from far away, from the wet land. Few have seen her. I will tell her secret: by day, she is a stone on the edge of the path; by night, a river that flows beside man.

Octavio Paz (1914-1998) in Liberté sur parole (1949), Éditions Gallimard, nrf, poésie, 1998, pp.103, . Octavio Paz is a Mexican essayist and writer, considered to be one of the greatest Spanish-speaking poets in the same way as Jorge Borges, Gabriel Garcia Marquez or Pablo Neruda. He will also pursue a career as a Mexican diplomat… While residing in Spain during the civil war, he will support the Republicans’ struggle. In 1990, he became a Nobel Prize winner in literature.

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Ce poème est superbe, les images que décrivent les mots sont magiques. Même si la fin de la personne à qui sont dédiés ces mots est tragique.
    Belle journée John
    Amicalement

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Octavio Paz sait marier les mots entre eux pour nous faire entrer dans son monde, et celui de la poésie où tout devient possible
      Belle journée Marie
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

  2. Beau texte plein de poésie très imagé !

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Marie-Christine

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s