Too often I’ve kept silent

le

Yiddish Song – Belz, Mayn Shtetele Belz

ULTIME BILAN

Au moment où j’établis
L’ultime bilan
Comptant et mesurant
Comme sur un échiquier le mouvement
De mon parcours sur les sentiers
Depuis le berceau jusqu’à l’instant présent,
Il me semble
Qu’à moi-même,
Je fus et suis resté aveugle.
J’ai cherché chez les autres les failles.
Je n’ai jamais assez
Aimé. Loué. Accordé ma confiance.
entre le oui et le non
Je n’ai jamais su construire aucun pont
J’ai trop haï plutôt que de comprendre,
Et trop souvent je me suis tue
Lorsqu’il fallait jeter la pierre.
J’ai cru que chaque jour était un fruit
Succulent et mûr.
La nuit une forteresse
Et le rêve un toit.
je n’ai pas su
Que la vie – dur métier,
Il te faut en faire l’épreuve
Et l’exercer.

(1990)

Dora Teitelboim (1914 – 1992) est poétesse américaine de langue yiddish née à Brest-Litovsk (Pologne, depuis 1945 : Russie). A douze ans, elle écrit ses premiers poèmes. A dix-sept ans, elle émigre aux Etats-Unis. Devenue institutrice, elle vivra la vie difficile des travailleurs juifs à New York dont elle s’inspirera dans nombre de ces poèmes. Elle vivra à Paris en 1960 et 1970 avant de s’établir à Tel-Aviv et ce jusqu’à sa mort.

Yiddish Song – Belz, Mayn Shtetele Belz

ULTIMATE BALANCE SHEET

At the time I establish
The final balance sheet
Counting and measuring
As on a chessboard the movement
Of my journey on the trails
From the cradle to the present moment,
It seems to me
Only to myself,
I was and remained blind.
I looked for the flaws in others.
I never have enough
Loved. Celebrated. Granted my trust.
between yes and no
I never knew how to build a bridge
I hated too much rather than understand,
And too often I have kept silent
When the stone had to be thrown.
I believed that every day was a fruit
Succulent and ripe.
At night a fortress
And the dream a roof.
I didn’t know
That life – hard work,
You have to put it to the test
And exercise it.

(1990)

Dora Teitelboim (1914 – 1992) is a Yiddish-speaking American poetess born in Brest-Litovsk (Poland, since 1945: Russia). At the age of twelve, she wrote her first poems. At seventeen, she emigrated to the United States. She became a schoolteacher and lived the difficult life of the Jewish workers in New York, from which she was inspired in many of her poems. She lived in Paris in 1960 and 1970 before settling in Tel Aviv until her death.

18 commentaires Ajouter un commentaire

  1. marie dit :

    Bonjour John, un bon choix que ce poème , le bilan de ma vie, je le fais quelque fois, je me demande si , parfis, je ne me mens pas, je ne vais que très rarement au fond des choses, au fond de moi. peur d’y trouver des choses déplaisantes? peur de me noyer dans ce qui m’apparaitrait ma nullité! va savoir… Bon après-midi Amitiés bisous MTH

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Marie,
      Ne sois pas dure avec toi-même… « Ta nullité’, tu y vas fort même très fort.
      Bisous Marie
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Marie-Christine

      Aimé par 1 personne

  2. iotop dit :

    Bon jour John,
    De toutes les manières on fait comme on peut … on n’a pas de mode d’emploi et même si par un heureux hasard il existait ce genre de chose, les interprétations seraient diverses et variées pour l’appliquer …
    En tout cas un texte qui rassure car dans l’imparfait en tout règne … 🙂
    Bonne journée Soleil, John 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Max-Louis,
      L’Homme est selon moi le symbole même de l’imperfection et, c’est notamment la raison pour laquelle il cherche à s’améliorer.😊
      Bonne journée
      John

      Aimé par 1 personne

  3. Très beau texte, fort intéressant parce qu’il nous fait nous questionner sur notre propre bilan … je me suis beaucoup questionnée ces dernières années et du coup j’ai appris à être plus bienveillante avec moi même, ce que nous devrions en fait tous apprendre.
    Belle et douce journée John.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Oui Catherine,
      C’est en gros ce que je répondais à Marie. Ne pas être trop dur avec soi-même. A quoi bon ? Devenir ensuite trop exigeant, trop dur avec les autres ? Il s’agit tout d’abord de se respecter soi-même…
      Amitiés Catherine
      John

      Aimé par 1 personne

  4. colettedc dit :

    Ah ! Nul n’est parfait ! On ne peut toujours être satisfait(e) de soi mais, en le constatant essayons de faire mieux ou plus. Allons de l’avant car le passé n’est plus ; c’est l’à venir, qui compte !
    Bon vendredi John,
    Amitiés 😘

    Aimé par 1 personne

  5. Swannaëlle dit :

    Un bien joli poème … qui nous permet la réflexion ! Merci John 😘🌹
    pas de nouvelles de notre amie Solène depuis quelques jours, je m’inquiètes😢 et toi ?

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Aucune nouvelle non plus.
      Soyons attentifs

      Aimé par 1 personne

      1. Swannaëlle dit :

        Je sais qu’elle n’allait pas très bien ( covid!) j’espère que ce n’est pas trop grave 😢

        J'aime

  6. Swannaëlle dit :

    Oups! Sans « s » (je m’inquiète) 😊

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Une faute d’orthographe !!!
      Quelle horreur !😉
      Avec le temps, j’en commets de plus en plus

      Aimé par 1 personne

  7. ramrock dit :

    A reblogué ceci sur Ramrock's Bloget a ajouté:
    #Música #Music

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s