A la rencontre de Maya…

 

Un vendredi soir vers 19 heures, fin des années 70 dans une commune de l’Est lyonnais…

Le cours de musique vient de se terminer… ouf ! Le solfège, c’est sympa mais à petites doses surtout quand la passion des notes, portées, dictées n’est pas réciproque entre l’élève et cette science quasi ésotérique. Jouer d’un instrument, passe encore mais être torturé pendant plus d’une heure trente minutes par un professeur de musique qui n’accepte pas la moindre inaptitude chez ses élèves, c’est une autre affaire. Mais à neuf ou dix ans, a-t-on réellement le choix d’aller contre la volonté éducative de ses parents ? Est-on seulement apte à simplement opérer un choix et décider de ce qui est bon pour notre âme et nos neurones ? La question reste ouverte… et le restera certainement pour toujours dans la caboche d’un petit libertaire qui ressent le monde intensément à chacune de ses inspirations, à chacun de ses regards tournés vers le ciel et demain…

Le cours de musique vient enfin de se terminer et c’est la liberté sur parole ! On en a fini avec les soupirs, les croches et doubles croches. Dans la cour de l’école, un attroupement de petites têtes se forme autour d’un objet marchant non identifié. Il me faut me rapprocher, me frayer un chemin et m’insinuer jusqu’au centre pour enfin découvrir la source de toute cette agitation, de tous ces cris et rires. Au milieu du groupe, je repère ma grande sœur, souriante, le regard en ébullition et empli de joie et d’amour. Elle est accroupie près d’une très jeune chienne croisée berger allemand aux oreilles cassées. Son bras droit serre contre elle le corps de la petite bête tandis que sa main gauche caresse sa tête avec douceur. C’est une jolie bestiole qui a l’air de nous sourire avec sa langue bien rose et râpeuse, sa respiration rapide, ses petites dents blanches et ses crocs bien visibles tandis que ses grands yeux marrons et noirs nous fixent tour à tour. Apparemment, elle nous observe aussi avec intérêt et semble s’interroger sur nos intentions. Certes, elle aime nos câlins mais elle semble vouloir plus. Elle semble nous parler ou plutôt nous supplier de rester avec elle.

Peu à peu, l’attroupement est moins nombreux et les apprentis musiciens se dispersent pour rentrer chez eux. Leurs parents venus les chercher ont encore beaucoup à faire avant le dîner et n’ont pas la patience ni l’envie de s’attarder à caresser un chiot abandonné. Ils ont oublié, tout oublié ou tout simplement ne désirent plus se souvenir, leur enfance est déjà loin, envolée et leurs sentiments enfouis au plus profond de leur être. C’est ainsi, un jour l’on grandit, et ce que l’on est réellement disparaît sous les coups d’une vie parfois un peu trop active, un peu trop éloignée de nos rêves ou trop attirée par de simples illusions…

A présent, nous ne sommes plus que deux ou trois autour de cet animal – sacré pour l’enfant – , animal qui ne cesse de plonger son regard dans le nôtre. Mais il est déjà trop tard pour ma sœur et moi. Je le ressens, je le sais, je la connais bien. Son cœur, son beau petit coeur vient de s’emballer – et ce ne sera pas la dernière fois. C’est le coup de foudre et de tonnerre en même temps. L’amour vient de grandir en elle et il a trouvé un petit être perdu qui ne demande qu’à aimer et à être aimé. Alors, il nous faut prendre une décision rapidement car nous devons nous aussi rentrer à la maison. Le chiot est affamé, ses côtes sont visibles, que va-t-il advenir de lui si nous le laissons seul ? A-t-on le droit de l’abandonner après l’avoir couvert et recouvert de câlins ? Non ! Non ! Et non ! Nous trouvons une cordelette que nous lui passons autour du cou en guise de laisse et c’est parti… pour une nouvelle vie, et quelle vie !

Pendant des années, cette chienne – Maya, c’est son nom – nous aura accompagnés, renouvelant à chaque instant son amour inconditionnel, le même que celui que nous avions vu dans ses yeux le soir de notre rencontre. Elle aura donné un bonheur permanent et infaillible à toute une famille sans jamais flancher et ce jusqu’à la fin, jusqu’au moment où trop affaiblie par la maladie, sentant l’aiguille de la seringue rentrer sous sa peau, elle fermera lentement ses yeux sur monde qu’elle a aimé avant de pousser un dernier soupir libérateur.

32 commentaires Ajouter un commentaire

  1. karouge dit :

    un récit tendre, et sans doute des parents aimables, quand on sait qu’un animal n’est pas un objet, comme hélas trop de gens l’ignorent, dès qu’ils partent en vacances!

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Depuis quelques années en effet, les animaux ont un nouveau statut : celui d’êtres sensibles. C’est un début d’évolution positive pour les animaux et une première reconnaissance de leur animalité en tant qu’êtres vivants.

      Aimé par 2 personnes

  2. gibulène dit :

    Un membre de la famille à part entière………. la séparation est toujours difficile. Mais Maya a eu une belle vie auprès de maîtres aimants, qui l’ont accompagnée jusqu’au bout. que lui offrir de plus ?

    Aimé par 3 personnes

    1. ibonoco dit :

      Merci Gibulène. Elle a une très belle vie. Et aujourd’hui, c’est un peu une manière de la faire vivre à nouveau le temps de quelques lignes.
      Excellente journée 😊

      Aimé par 2 personnes

  3. Une belle histoire, racontée avec une aussi belle sensibilité. Merci.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Je vous remercie également. 😊

      Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Gyslaine. 😊

      Aimé par 1 personne

  4. L'Ornitho dit :

    Très sensible et fort. Comme l’affection et l’amour d’un chien.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci.
      Excellente soirée 😊

      Aimé par 1 personne

  5. princecranoir dit :

    De Suspiria à 30 millions d’amis pour finir au Simetierre, j’avoue que ce récit ne manque pas de surprise… et de mélancolie.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Un chemin sinueux… tout comme la vie.
      Merci. Et excellente soirée. 😊

      Aimé par 1 personne

  6. fauquetmichel dit :

    J ‘ ai lu ton histoire avec un grand intérêt . C ‘ est très bien écrit.
    L ‘époque du solfège ,j’ ai connu et je crois que c’ est toujours sensiblement la même chose maintenant.
    Je comprends que tu as conservé vivant le souvenir de Maya car j’ ai aussi le souvenir de ma chienne qui a égayer la vie de mes enfants quand ils étaient petits
    Amitiés
    Michel

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Michel,
      Merci d’avoir livré tes impressions.
      Amitiés
      John 😊

      J'aime

  7. Harleyte dit :

    Une belle histoire pour une belle rencontre
    Merci

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci à toi. C’est une belle appréciation.
      Excellente soirée 😊

      Aimé par 1 personne

  8. juliette dit :

    c’est très joli 😘 et joliment conté … j’en ai recueilli plusieurs aussi de petite, à aujourd’hui avec mon compagnon( surtout des chats , le hasard ) et un chien …
    quand je pense que des gens les achètent alors qu’il y en a plein à adopter dans les SPA
    eT si on pouvait faire la même chose pour les humains abandonnés de tous !

    quant à ta phrase  » Ils ont oublié, tout oublié ou tout simplement ne désirent plus se souvenir, leur enfance est déjà loin, envolée et leurs sentiments enfouis au plus profond de leur être  » elle est tellement triste …
    Bye John et bonne soirée

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonsoir Juliette,
      Je n’ai plus de chiens depuis longtemps… mais mes chats sont de très bons compagnons.
      Je te souhaite une très belle soirée en compagnie de toute ta famille.
      Amitiés
      John

      J'aime

  9. Un très beau partage. Très touchant. Les images défilent dans ma tête et me rappellent des émotions et moments de vie quasi identiques. Je pense que quand on aime vraiment et que notre cœur est ouvert à cet échange, on n’oublie pas.
    Merci et belle soirée !

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Dom de ce partage et de cette mise en perspective avec vos souvenirs.
      Oui, quand on aime ou a aimé, on n’oublie jamais.
      Très belle soirée Dom.

      Aimé par 1 personne

  10. C’est un très beau texte, très touchant ! j’aime tellement ma chienne Malzenn qui a 9 ans 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci à toi. De gros câlins à Malzenn 😊
      Excellente soirée.

      Aimé par 1 personne

  11. Celine Marie dit :

    Vous m’avez tiré des larmes.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Céline, même si c’est une histoire triste, c’était il y a longtemps. Et, il est bon de pleurer, cela montre que l’on est encore humain.
      😊
      Excellente soirée

      Aimé par 1 personne

      1. Celine Marie dit :

        Oui. Mais.
        Il y a longtemps mais c’est si beau si pur ce qui peut unir un enfant et un animal. Et cela me rappelle tant de choses….
        Toute belle soirée.

        Aimé par 1 personne

        1. ibonoco dit :

          C’est vrai que les liens entre l’enfant et l’animal sont purs. Je crois même qu’ils peuvent participer à la construction de l’enfant en développant ses émotions, sa tendresse..
          Merci Céline, c’est toujours un plaisir.
          Excellente soirée
          Amitiés
          John

          Aimé par 1 personne

  12. Que j’aime cette histoire imbibée de tendresse et de beaux sentiments !
    Ta plume raconte si bien John, cette journée mémorable de la rencontre d’une petite fille et d’une adorable chienne nommée Maya, ainsi que de son petit frère attendri par la scène.
    À la sortie du cours de solfège, ce devait être comme une bouffée de fraîcheur faisant contraste à la rigidité des leçons…!
    Merci pour cette belle aventure en hommage à Maya…

    Bonne soirée John
    Amitiés
    Manouchka

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Manoucka de ces belles lignes qui décrivent très bien cette rencontre.
      Très belle soirée.
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

  13. colettedc dit :

    Quel merveilleux souvenir et, raconté avec tant de douceur !
    Bon jeudi !

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Colette. Ce sont de merveilleux souvenirs.
      Excellente journée 😊

      Aimé par 1 personne

  14. Je retiens au delà de cette jolie histoire, les parents pressés, qui ont oubliés leur âme d’enfant, ce que les vôtres n’ont pas fait apparement.
    Et c’est tant mieux ..’
    Bonne fin de journée John.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Catherine,
      Effectivement, les miens n’ont pas oublié leur âme d’enfant et je peux dire que nous avons su en profiter.
      Bonne fin d’après-midi et à bientôt
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s