Blaze like a fire in Cairo

le

« La fin des années 70 annoncent une nouvelle ère musicale en Angleterre qui bientôt déferlera sur l’Europe et la France. Après le mouvement punk et son slogan No Future ! une nouvelle vague est prête à envahir les bacs chez les disquaires et faire le bonheur des adolescents et autres amoureux de la musique. Le groupe anglais The Cure deviendra l’un des représentants emblématiques de cette époque où musique et liberté flirteront ensemble et s’endormiront paisiblement au petit matin après une folle nuit d’ivresse et d’amour dans le lit d’une jeunesse rêvant enfin à son futur. « 

John Ibonoco

Incendie au Caire

The Cure – Fire In Cairo 

lentement bleu s’estompe
les creux de l’est captent
le soleil mourant
la nuit lui succède
silencieuse et noire

le miroir d’une flaque reflète
l’endroit solitaire
où je te rencontre

je vois ta tête
dans la lumière déclinante
et à travers l’obscurité
tes yeux brillent

et brûlent comme le feu
brûle comme un incendie au Caire
brûle comme le feu
brûle comme un incendie au Caire

un voile pourpre flottant
Et tes hanches douces comme de la soie glissent
sous ma main
tes lèvres gonflées murmurent mon nom

et je me languis
tu me prends dans tes bras
et tu commences à brûler

f.i.r.e.i.n.c.a.i.r.o
puis la chaleur disparaît
et le mirage
s’efface…

f.i.r.e.i.n.c.a.i.r.o

brûle comme le feu
brûle comme un incendie au Caire
flamboie comme un incendie au Caire
brûle comme un incendie au Caire
Brûle d’une merveilleuse lumière
comme un incendie au Caire
brûle comme le feu

The Cure, in Fire ine Cairo (Three Imaginary Boy), titre sorti en single sur le label Fiction Records le 8 mai 1979, est un groupe de rock anglais formé en 1978 par Robert Smith (chant, guitare, claviers, basse, paroles et composition), Michael Dempsey (basse), Lol Tolhurst (batterie). Robert Smith – seul membre présent depuis son origine – est la figure emblématique du groupe. Il en est le parolier et le principal compositeur. En décembre 1978, The Cure sortira son premier 45 tours Killing an Arab, chanson qui trouve son inspiration dans le roman L’Étranger d’Albert Camus. Ce titre annoncera pour le groupe le début d’une belle aventure musicale qui s’inscrira dans le temps jusqu’à aujourd’hui perpétuant ainsi l’histoire du rock anglais

Les paroles de la chanson reflètent le penchant établi du groupe pour le romantisme tragique, mais Robert Smith emploie ici une comparaison qui fait référence à une tragédie historique importante : l’incendie du Caire de 1952 .

« The end of the 1970s heralded a new musical era in England that would soon sweep across Europe and France. After the punk movement and its slogan No Future! a new wave is ready to invade the bins in record stores and delight teenagers and other music lovers. The English band The Cure will become one of the emblematic representatives of this era where music and freedom will flirt together and fall asleep peacefully in the early morning after a crazy night of drunkenness and love in the bed of a youth finally dreaming of its future. »

John Ibonoco

Fire In Cairo

The Cure – Fire In Cairo 

slowly fading blue
the eastern hollows catch
the dying sun
night time follows
silent and black

mirror pool mirrors
the lonely place
where i meet you

see your head
in the fading light
and through the dark
your eyes shine bright

and burn like fire
burn like fire in Cairo
burn like fire
burn like fire in Cairo

shifting crimson veil
silken hips slide
under my hand
swollen lips whisper my name

and i yearn
you take me in your arms
and start to burn

f.i.r.e.i.n.c.a.i.r.o
then the heat disappears
and the mirage
fades away…

f.i.r.e.i.n.c.a.i.r.o

burn like a fire in Cairo
burn like a fire
blaze like a fire in Cairo
blaze like a fire
flare with a wonderful light
like a fire in Cairo
burn like fire

burn like
fire in Cairo

The Cure, in Fire ine Cairo (Three Imaginary Boy), track released as a single on the label Fiction Records on May 8, 1979, is an English rock band formed in 1978 by Robert Smith (vocals, guitar, keyboards, bass, lyrics and composition), Michael Dempsey (bass), Lol Tolhurst (drums). Robert Smith – only member present since its origin – is the emblematic figure of the group. He is the lyricist and the main composer. In December 1978, The Cure released its first single, Killing an Arab, a song inspired by Albert Camus’ novel L’Étranger. This title will announce for the group the beginning of a beautiful musical adventure which will be inscribed in time until today perpetuating the history of English rock.

The song’s lyrics reflect the band’s established penchant for tragic romance, but here Robert Smith employs a simile that refers to a significant historical tragedy: the 1952 Cairo fire.

16 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Le son inimitable de The Cure, les gentils corbeaux romantiques sombres ! Robert Smith a 63 ans aujourd’hui, sa voix n’a pas changé (ou presque) et ils tiennent toujours plus de deux heures en scène. Tu l’auras compris, je suis fan 🙂 Merci pour cet article, bonne soirée John.

    Aimé par 3 personnes

    1. ibonoco dit :

      The Cure tourne toujours. Il y a quelques années, ils avaient joué à Lyon et étaient restés sur scène plus de deux heures – comme tu le soulignes.
      Quel son ! Quel voix ! Je les réécoute régulièrement en vinyle. C’est un plaisir de sortir un disque de sa pochette, de le nettoyer un peu, de le poser sur la platine, et de déposer doucement le diamant sur le premier sillon. Après quelques petits craquement, Robert Smith apparaît et la magie opère : on est hors du temps, le temps de quelques morceaux. 😉
      Belle journée Martine
      Amitiés
      John

      Aimé par 2 personnes

  2. princecranoir dit :

    Il faut toujours rêver à demain, and wait, wait for something to happen… 😉

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Rêvons alors et demain nous apparaitra comme un jour porteur de belles choses

      Aimé par 2 personnes

  3. J’ai beaucoup aimé cette époque The cure 😉 de bons souvenirs merci!

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Me too 😉😀

      J’aime

      1. ibonoco dit :

        Merci Colette,
        Passe une belle semaine
        Amitiés
        John

        J’aime

    1. ibonoco dit :

      Quel son ! et quelle voix. Je garde de très bons souvenirs de cette époque du début des 80’s

      Aimé par 1 personne

      1. Oui ! Et Depeche Mode, Talk Talk aussi… L’époque des « Boum » pour moi 🙂 Inoubliable !

        Aimé par 1 personne

        1. ibonoco dit :

          Je les écoute toujours… en vinyle. Avec une belle platine et ça repart. 😀

          Aimé par 1 personne

        2. Alors moi j’ai conservé tous mes vinyles d’ado mais ne possède plus de platine. Je m’en suis débarrassée lors d’un déménagement. J’hésite souvent à en racheter une. Un jour peut-être… Le son n’est vraiment pas le même !

          Aimé par 1 personne

        3. ibonoco dit :

          Rachètes-en une, une de bonne qualité. Le son est excellent au contraire. Il te faut aussi un bon diamant (la cellule, le saphir comme l’on disait).

          Aimé par 1 personne

        4. Oui, je me suis mal exprimée, c’est évident que le son est carrément meilleur. Le pire c’est que nous étions super équipé niveau platine et au fil des déménagements… nous nous sommes séparés de beaucoup de meubles, objets, etc. Mais tu as raison, il faut que je mette ça sur ma liste « cadeaux » 🙂

          J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s