I wanted that, tomorrow, everything would begin again…

EXTRAITS DE BAGDAD A CIEL OUVERT

              2

image

Les plis du visage, ces rides suffocantes loin d’une vieillesse sereine, ces années qui baignent dans un regard contemplant la plaine, fondent en moi comme des étoiles.  J’ai promis de ne livrer à personne ma colère, le langage des cailloux de la montagne, l’Aubrac et le désert… Le voyage, la vie, les mots tranchants, la servitude, le travail et mon amour pour toi. Tout ça vient naturellement d’une rencontre avec l’insupportable souvenir.
Les jours difficiles accompagnent mon attente, tandis que des hommes contrefaits, sans cœur, fouettent, avec d’énormes branches d’olivier, le corps d’une femme qui n’a plus de sourire, de visage, ni de regard pour l’horizon.

3

A nouveau l’horizon est revenu comme un défunt enterré un matin d’hiver, avec sa dernière parole intime au vent. Chose étrange, je sens en moi une falaise qui protège ce hasard, le visage familier de ce ciel couchant. A la lumière des réverbères, j’ai pris la main de l’horizon, ton visage dans le mien, je les ai traînés derrières mes vallées intimes. Arrivé à l’orée du bois, au bout de la terre, toujours contre mon corps, je les ai bercés comme une nuit sans sommeil, une lune dans le cœur des steppes. J’ai été heureux, je voulais que, demain, tout recommence comme dans nos songes !

Les guerres, des guerres à amarrer dans du béton.

L’éléphant s’éloigne seul pour mourir, le scorpion se pique de certitude et le 9 mars 2003, Saddam tombera peut-être.

Salah Al Hamdani né à Bagdad en 1951, in Bagdad mon amour suivi de Bagdad à ciel ouvert, Editions Le Temps des cerises, Paris, 2014, pp. 113-114, est un poète et homme de théâtre français d’origine irakienne. Il a quitté l’Irak en 1975 pour la France, s’est opposé à la dictature de Saddam Hussein. Il s’agit du récit du retour de Salah Al Hamdani à Bagdad le 2 avril 2004.

 

EXTRACTS FROM BAGDAD A CIEL OUVERT

2

 

image

The folds of the face, those suffocating wrinkles far from a serene old age, those years that bathe in a gaze contemplating the plain, melt in me like stars.
I promised not to deliver to anyone my anger, the language of the stones of the mountain, the Aubrac and the desert… The journey, the life, the sharp words, the servitude, the work and my love for you. All this comes naturally from an encounter with the unbearable souvenir.
Difficult days accompany my wait, while heartless, counterfeit men whip, with huge olive branches, the body of a woman who no longer has a smile, a face, or a glance to the horizon.

 

3

Once again the horizon came back like a dead man buried on a winter morning, with his last intimate word in the wind. Strangely enough, I feel a cliff inside me protecting this hazard, the familiar face of this setting sky. In the light of the streetlights, I took the hand of the horizon, your face in mine, I dragged them behind my intimate valleys. At the edge of the woods, at the end of the earth, always against my body, I cradled them like a sleepless night, a moon in the heart of the steppes. I was happy, I wanted that, tomorrow, everything would begin again like in our dreams!

Wars, wars to be moored in concrete.

The elephant moves away alone to die, the scorpion stings with certainty and on March 9, 2003, Saddam may fall.

 

Salah Al Hamdani, born in Baghdad in 1951, in Bagdad mon amour suivi de Bagdad à ciel ouvert, Editions Le Temps des cerises, Paris, 2014, pp. 113-114, is a French poet and theatre-maker of Iraqi origin. He left Iraq in 1975 for France, opposed the dictatorship of Saddam Hussein. This is the story of Salah Al Hamdani’s return to Baghdad on 2 April 2004.

 

21 commentaires Ajouter un commentaire

  1. karouge dit :

    toujours superbe!

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Et avec toujours une magnifique sensibilité

      J'aime

  2. gibulène dit :

    Quelle plume il a ! quant à ton choix de musique, c’est une chanson extraordinaire !

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      C’est un grand poète (selon moi). Il a su transformer ses drames en des mots magnifiques oû l’espoir a encore sa place.
      Merci Hélène…
      Et cette musique, celle d’un film d’un autre siècle dont les notes nous parviennent encore.
      Belle journée
      John

      Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Un vrai poète

      J'aime

  3. marie dit :

    Bonjour John magnifique partage de ces lignes, merci. Bisous bon après-midi MTH

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Marie,
      De belles lignes à propos d’un temps de désolation pour son auteur

      J'aime

    2. ibonoco dit :

      Bises et bel après-midi
      John

      J'aime

  4. Encore un beau texte que tu nous proposes, John.
    Bon après-midi à toi.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Jean-Louis,
      Bon après-midi à toi aussi.
      Au fait, hier j’ai découvert Jasser Haj Youssef – si je ne me trompe pas sur l’orthographe de son nom – , c’était sublime. Ce n’était pas de l’opéra mais il y a eu un chant … : génial !

      J'aime

  5. iotop dit :

    Bon jour John,
    Comme une prose poétique … la beauté du texte à l’émotion du lecteur = Bonheur …
    Merci pour ce partage, John.
    Bonne soirée à toi.
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonsoir Max-Louis,
      C’est en effet une superbe prose poétique qui vient éveiller ou réveiller la sensibilité du lecteur.
      Merci Max-Louis et bonne nuit.
      John

      Aimé par 1 personne

  6. Magnifique ce texte. Quel talent ce Salah Al Hamdani ! Belle soirée à toi John 😊

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Frédéric,
      C est un poète au textes sublimes et douloureux.
      Belle journée
      John

      Aimé par 2 personnes

  7. charef dit :

    J’adore l’écriture de cet auteur que je découvre. Merci John.

    Aimé par 1 personne

  8. colettedc dit :

    Une grande tristesse si bien exprimée !
    Bon vendredi John,
    Amitiés♥

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      C’est un homme qui q connu trente ans d’exil, il en a fait de la pure poésie
      Amitiés
      John

      Aimé par 2 personnes

  9. Superbe texte de ce poète que j’aime beaucoup et que je lis toujours avec émotion.
    C’est grâce à toi que j’ai pu le découvrir…Merci pour cela.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Manouchka,
      C’est selon moi un grand poète, avec une très grande sensibilité, une longue vie d’exilé…
      Belle soirée et amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s