Sous le soleil de Mexico

(Réédition du 22 mars 2019)

VALLEE DE MEXICO

Le jour déploie son corps transparent. De ses grands marteaux invisibles, la lumière me frappe. Attaché à la pierre solaire, je ne suis qu’une pause entre deux vibrations : le point vif, aiguisé, le point fixe, intersection de ces deux regards qui s’ignorent et qui se retrouvent en moi. Pactisent-ils ? Je suis l’espace pur, le champ de bataille. A travers mon corps, je vois mon autre corps. La pierre scintille. Le soleil m’arrache les yeux. Dans mes orbites vides, deux astres lissent leurs plumes rouges. Splendeur, spirale d’ailes et bec féroce. Et maintenant, mes yeux chantent. Penche-toi sur leur chant, jette-toi dans le bûcher.

VALLE DE MEXICO

El día despliega su cuerpo transparente. Atado a la piedra solar, la luz me golpea con sus grandes martillos invisibles. Sólo soy una pausa entre una vibración y otra: el punto vivo, el afilado, quieto punto fijo de intersección de dos miradas que se ignoran y se encuentran en mí. ¿Pactan? Soy el espacio puro, el campo de batalla. Veo a través de mi cuerpo mi otro cuerpo. La piedra centellea. El sol me arranca los ojos. En mis órbitas vacías dos astros alisan sus plumas rojas. Esplendor, espiral de alas y un pico feroz. Y ahora, mis ojos cantan. Asómate a su canto: arrójate a la hoguera.

Octavio Paz (1914-1998) in Liberté sur parole (1949), Éditions Gallimard, nrf, poésie, 1966. Octavio Paz est un essayiste et écrivain mexicain, considéré comme l’un des plus grands poètes de langue espagnole au même titre que Jorge Borges, Gabriel Garcia Marquez ou Pablo Neruda. Il mènera également une carrière en tant que diplomate mexicain… Alors qu’il réside en Espagne durant la guerre civile, il soutiendra la lutte des républicains. En 1990, il deviendra prix Nobel de littérature.

16 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Alain J dit :

    Bonjour John . Je n’ai jamais lu Octavio Paz. Après des recherches dans une dictionnaire, j’ai appris qu’ il était partagé par sa culture mexicaine, voire indienne et la civilisation occidentale . Si je devais lire un de ses livres , quel est le titre que tu me conseillerais.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      J’ai lu plusieurs de ces recueils de poésie. Ce texte est extrait de Liberté sur paroles. Tu peux essayer de commencer par celui-ci’

      Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Marie-Christine,
      Un beau texte coloré au parfum du Mexique
      Amitiés
      John

      Aimé par 2 personnes

  2. marie dit :

    Coucou, c’est un très beau texte, une poésie qui « flambe » au soleil du Mexique , point de mièvrerie dans ces lignes, c’est juste et beau Amitiés MTH

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Un texte aux lignes épurées de toute émotion superficielle.
      Bizzz

      J'aime

  3. Un beau texte, qui donne envie d’autres textes d’Octavio P.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      C’est un plaisir de partager. 😊😊

      Aimé par 1 personne

      1. ibonoco dit :

        😊😊😊 😜

        J'aime

  4. Une écriture puissante!
    Merci pour le partage John.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      C’est un plaisir. 😊

      Aimé par 1 personne

  5. André dit :

    Tu m’as donné envie de le découvrir, et … je suis tombé sur ce texte où la poésie vit dans chaque mot. Me encantó de verdad.

    Decir, hacer

    A Roman Jakobson

    Entre lo que veo y digo,
    Entre lo que digo y callo,
    Entre lo que callo y sueño,
    Entre lo que sueño y olvido
    La poesía.
    Se desliza entre el sí y el no:
    dice
    lo que callo,
    calla
    lo que digo,
    sueña
    lo que olvido.
    No es un decir:
    es un hacer.
    Es un hacer
    que es un decir.
    La poesía
    se dice y se oye:
    es real.
    Y apenas digo
    es real,
    se disipa.
    ¿Así es más real?
    Idea palpable,
    palabra
    impalpable:
    la poesía
    va y viene
    entre lo que es
    y lo que no es.
    Teje reflejos
    y los desteje.
    La poesía
    siembra ojos en las páginas
    siembra palabras en los ojos.
    Los ojos hablan
    las palabras miran,
    las miradas piensan.
    Oír
    los pensamientos,
    ver
    lo que decimos
    tocar
    el cuerpo
    de la idea.
    Los ojos
    se cierran
    Las palabras se abren.

    Aimé par 1 personne

  6. ibonoco dit :

    Cuando la poesía se convierte en materia y pura belleza..
    Bonne soirée André 😊

    J'aime

  7. Je n’ai pas de mots… c’est tellement beau !

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonsoir Dom
      C’est magnifique. Tu as raison.
      Bonne soirée 😊
      John

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s