¡Pablito! Ven conmigo

le

 

 

LA MONTAGNE ET LA RIVIERE

Mon pays a une montagne.
Mon pays a une rivière.

Viens avec moi.

La nuit monte vers la montagne.
La nuit descend vers la rivière.

Viens avec moi.

Ces gens qui souffrent, qui sont-ils ?
Je ne sais, mais ce sont les miens.

Viens avec moi.

Je ne sais pas, mais ils m’appellent
et ils me disent : « Nous souffrons ».

Viens avec moi.

Ils me disent aussi : « Ton peuple,
ton peuple endurant son malheur
de la montagne à la rivière,

avec sa faim, avec ses maux,
ami, ne veut pas lutter seul
et il t’attend ».

Ô mon amour,
ma petite, mon grain de blé,
mon rouge grain,

le combat sera sans merci
et sans merci sera la vie,
pourtant tu viendras avec moi.

 

Ricardo Eliécer Neftalí Reyes-Basoalto dit Pablo Neruda (1904 – 1973) in Les Vers du capitaine (1952), est un poète, écrivain, diplomate, homme politique chilien. En 1971, il sera lauréat du Prix Nobel de littérature. En 1973, il décédera d’un cancer ; aujourd’hui, les causes de sa mort sont controversées et la thèse de son assassinat est de plus en plus soutenue.

 

EL MONTE Y EL RIO

En mi patria hay un monte.
En mi patria hay un río.

Ven conmigo.

La noche al monte sube.
El hambre baja al río.

Ven conmigo.

Quiénes son los que sufren?
No sé, pero son míos.

Ven conmigo.

No sé, pero me llaman
y me dicen «Sufrimos».

Ven conmigo.

Y me dicen: «Tu pueblo,
tu pueblo desdichado,
entre el monte y el río,

con hambre y con dolores,
no quiere luchar solo,
te está esperando, amigo».

Oh tú, la que yo amo,
pequeña, grano rojo
de trigo,

será dura la lucha,
la vida será dura,
pero vendrás conmigo.

(Los versos del capitán)

Ricardo Eliécer Neftalí Reyes-Basoalto, conocido como Pablo Neruda (1904-1973) en Los versos del capitán (1952), es un poeta, escritor, diplomático y político chileno. En 1971 recibió el Premio Nobel de Literatura. En 1973, murió de cáncer; hoy en día, las causas de su muerte son controvertidas y la tesis de su asesinato es cada vez más apoyada.

 

THE MOUNTAIN AND THE RIVER

In my country there is a mountain.
In my country there is a river.

Come with me.

Night climbs up to the mountain.
Hunger goes down to the river.

Come with me.

Who are those who suffer?
I do not know, but they are my people.

Come with me.

I do not know, but they call to me
and they say to me: « We suffer. »

Come with me.

And they say to me: « Your people,
your luckless people,
between the mountain and the river,

with hunger and grief,
they do not want to struggle alone,
they are waiting for you, friend. »

Oh you, the one I love,
little one, red grain
of wheat,

the struggle will be hard,
life will be hard,
but you will come with me

(The Captain’s Verses)

Ricardo Eliécer Neftalí Reyes-Basoalto, known as Pablo Neruda (1904 – 1973) in The Captain’s Verses (1952), is a Chilean poet, writer, diplomat and politician. In 1971, he was awarded the Nobel Prize for Literature. In 1973, he died of cancer; today, the causes of his death are controversial and the thesis of his murder is increasingly supported.

11 commentaires Ajouter un commentaire

  1. princecranoir dit :

    Celui qui fait se taire les oiseaux des Andes au cœur de la nuit.

    J'aime

  2. Joli et sentimental!

    J'aime

  3. Magnifique travail, de plus vous êtes trilingue, bravo maestro!

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Mariana.
      Le travail est celui du maître. Neruda

      Aimé par 1 personne

  4. Gloriosa dit :

    Il est merveilleux Nedura

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Un très grand poète.

      J'aime

  5. Hédoné dit :

    Un très beau poème
    Profond
    Vivant!

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Hédoné
      😊😊😊

      J'aime

  6. Ah ! Pablo Neruda, j’aime beaucoup !
    « Sabras que no te amo y que te amo
    puesto que de dos modos es la vida,
    la plabra es un ala del silencio,
    el fuego tiene une mitad de frio »
    (Sache que je ne t’aime pas et que je t’aime, puisque est double la façon d’être de la vie, puisque la parole est une aile du silence, et qu’il est dans le feu une moitié du froid) – Pablo Neruda
    Biz et à bientôt, John !

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Dom pour ces très beaux vers de Neruda.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s