Le prix de la liberté… The price of liberty

 

« La liberté politique dans un citoyen est cette tranquillité d’esprit qui provient de l’opinion que chacun a de sa sûreté ; et pour qu’on ait cette liberté, il faut que le gouvernement soit tel qu’un citoyen ne puisse pas craindre un autre citoyen »

« Political liberty in a citizen is that peace of mind that comes from the opinion each person has of his safety, and to have this liberty, the government must be such that a citizen can not afraid of another »

Charles Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu (1689 – 1755), in De l’esprit des lois, 1748, père fondateur de la philosophie politique, sociologue avant l’heure et écrivain français du siècle des Lumières.

21 commentaires Ajouter un commentaire

  1. gibulène dit :

    force est de constater que malgré l’abolition de la royauté nous continuons de marcher à reculons! bon jeudi

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Oui, en ce moment, nous courons même à reculons.

      Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Marie-Christine.

      J'aime

  2. Edmée dit :

    Oui on marche à reculons. Et on laisse aveugler par des soi-disant responsabilités éparses qui nous usent inutilement…

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Soyons vigilants Edmée. Nous somme capables de discernement même si la période actuelle paraît difficile.

      J'aime

  3. iotop dit :

    Bon jour,
    Cette liberté politique est en train de cramer au fond de la marmite Liberté …
    Max-Louis

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Ça crame dur mais espérons tout de même que liberté fera comme le phénix

      Aimé par 1 personne

  4. « Il faut qu’un gouvernement soit tel qu’un citoyen ne puisse pas craindre un autre citoyen » une expression qui a eu toute sa pertinence par le passé et qui n’a cessé de l’avoir tant le mal devient banal dans un système inique qui pousse de plus en plus de citoyens dans une forme d’insécurité sociale que les divers gouvernements font mine de ne pas voir. Et si auparavant les ghettos étaient assimilés aux pauvres, ce sont les classes riches minoritaires qui se ghettoïsent de plus en plus pour se protéger de ces gueux qui sont de retour. Les gouvernements qui se succèdent font si peu pour dissiper les craintes des citoyens et ce, de quelque côté qu’ils soient. Je ne sais si c’est clair, la fatigue! Merci Ibonoco pour cette intéressante réflexion sur la liberté, la citoyenneté et la gouvernance.

    Aimé par 3 personnes

    1. ibonoco dit :

      Si, c’est très clair. Les gueux ont toujours été là. Le problème, c’est qu’ils sont de plus en plus nombreux. Alors que faire au pays des Lumières ? Je serais bien incapable d’apporter une réponse. Pour autant, les valeurs telles que le respect des autres et de soi-même, la fraternité… doivent continuer à exister au sein de notre société sinon, ce sera l’obscurité. Et ce ne sera pas la première fois.
      J’espère que demain sera meilleur qu’aujourd’hui.
      Et je vous remercie pour votre contribution… très claire et pertinente.
      Excellente soirée et un peu de repos.

      Aimé par 3 personnes

  5. C’est vrai que les pauvres ont toujours été là avec cependant une forme d’accalmie dans les trente glorieuses je pense. Et vous avez raison, ce sont ces valeurs de respect de soi et des autres entre autres valeurs qui nous permettent d’y croire toujours et d’agir en conséquence même à petite échelle pour aller vers cette lumière des cœurs. Pour ma fatigue, la journée a été terriblement dévoreuse en temps et en énergie, je suis désolée de l’avoir mentionné. Merci à vous Ibonoco et excellente soirée aussi

    Aimé par 3 personnes

    1. ibonoco dit :

      Je vous souhaite une très belle et bonne soirée.

      Aimé par 1 personne

      1. Merci de votre bienveillance Ibonoco, et très belle soirée aussi

        Aimé par 1 personne

  6. Denis Morin dit :

    Nous sommes à un moment où relire les philosophes des lumières a toute sa pertinence.

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Ô combien vous avez raison !

      J'aime

  7. princecranoir dit :

    Il ne disait pas que des âneries le type sur le billet de 200 balles (pas de méprise, aujourd’hui pour 30 € t’as plus rien).
    Relisons Platon aussi, histoire de voir le monstre ce qui nous attend au bout du tunnel…

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Oui, il faut sortir de la caverne.t

      Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s