In vino veritas

le

Bois pour te consoler la perle de la vigne.
Puisqu’il reste voilé, le grand secret divin,
Et que pour toi, mortel, sauf l’oubli tout est vain,
Prends les deux plus beaux fruits dont un cœur fort soit digne,

Mélange, le secret tient tout en une ligne,
Le vin avec l’amour, l’amour avec le vin ;
Demain vite est hier, hier vite est lointain ;
Goûte la grappe d’or, la vierge au cou de cygne,

Car la femme au front pur a le ciel dans les yeux,
Car peut-être le vin est-il le sang des dieux ;
Mais hâte-toi, la vie ainsi qu’un souffle passe.

Croire à ce que l’on voit, étrange cécité !
Seul, le Mensonge est sûr ; s’il séduit, s’il enlace,
Il ne dit pas, du moins, je suis la vérité.

Omar Khayyām ou  Omar Khayam ou Omar Kháyyâm (né vers 1048 – mort vers11313) in RUBAIYÂT D’OMAR KHÁYYÂM, traduction par Jules de Marthold, Paris, 1910, est mathématicien, astronome, poète, parolier, philosophe et musicien perse.

« Les Rubaïyat d’Omar Khayyam (robayat, robâ‘iyât ou roubaïyat selon la traduction, رباعیات عمر خیام en persan1) sont une collection de poèmes, écrits en persan, attribués à l’écrivain et savant perse Omar Khayyam (1048-1131). La traduction de « rubaïyat » est « quatrains » ».

Drink to console yourself the pearl of the vine.
Since it remains veiled, the great divine secret,
And that for you, mortal, except oblivion all is vain,
Take the two most beautiful fruits of which a strong heart is worthy
,

Mix, the secret holds all in one line,
Wine with love, love with wine;
Tomorrow soon is yesterday, yesterday soon is far away;
Taste the golden bunch, the swan-necked maiden,

For the woman with the pure forehead has the sky in her eyes,
For perhaps the wine is the blood of the gods;
But hasten, life as a breath passes.

To believe in what one sees, strange blindness!
Only the Lie is sure; if it seduces, if it embraces,
It does not say, at least, I am the truth.

Omar Khayyām or Omar Khayam or Omar Kháyyâm (b. c. 1048 – d. c. 11313) in RUBAIYÂT D’OMAR KHÁYYÂM, translation by Jules de Marthold, Paris, 1910, was a Persian mathematician, astronomer, poet, lyricist, philosopher and musician.

« The Rubaiyat of Omar Khayyam (robayat, robâ’iyât or roubaïyat depending on the translation, رباعیات عمر خیام in Persian1) are a collection of poems, written in Persian, attributed to the Persian writer and scholar Omar Khayyam (1048-1131). The translation of « rubaiyat » is « quatrains » ».

6 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Très beau, merci pour le partage, John.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Jean-Louis ☀️

      J’aime

    1. ibonoco dit :

      Merci Marie-Christine

      J’aime

  2. colettedc dit :

    Joli sonnet, John.
    Merci de nous le partager.
    Bon mardi,
    Amitiés 😘

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Colette.
      Belle journée
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s