Like a sweet refrain

le

(Réédition)

Jose Padilla – Adios Ayer

PROVERBES

Un épi est tout le blé
Une plume un oiseau vivant qui chante
Un homme de chair est un homme de rêve
La vérité est indivise
Le tonnerre proclame les hauts faits de l’éclair
Une femme rêvée s’incarne toujours dans une forme aimée
L’arbre endormi profère des oracles verts
L’eau parle sans cesse et jamais ne se répète
Dans la balance des paupières le songe ne pèse pas
Dans la balance d’une langue qui délire
La langue d’une femme
L’oiseau du paradis ouvre les ailes.

 Octavio Paz (1914-1998) in Liberté sur parole (1949), Éditions Gallimard, nrf, poésie, 1966. Octavio Paz est un essayiste et écrivain mexicain, considéré comme l’un des plus grands poètes de langue espagnole au même titre que Jorge Borges, Gabriel Garcia Marquez ou Pablo Neruda. Il mènera également une carrière en tant que diplomate mexicain… Alors qu’il réside en Espagne durant la guerre civile, il soutiendra la lutte des républicains. En 1990, il deviendra prix Nobel de littérature.

 

 

Jose Padilla – Adios Ayer

PROVERBS

One ear is all the wheat
A feather a living bird that sings
A man of flesh is a man of dreams
The truth is undivided
Thunder proclaims the great deeds of lightning
A dream woman always incarnates herself in a loved form
The sleeping tree utters green oracles
Water talks all the time and never repeats itself
In the balance of the eyelids the dream does not weigh
In the balance of a delirious language
A woman’s language
The bird of paradise opens its wings.

Octavio Paz (1914-1998) in Liberté sur parole (1949), Éditions Gallimard, nrf, poésie, 1966. Octavio Paz is a Mexican essayist and writer, considered to be one of the greatest Spanish-speaking poets in the same way as Jorge Borges, Gabriel Garcia Marquez or Pablo Neruda. He will also pursue a career as a Mexican diplomat… While residing in Spain during the civil war, he will support the Republicans’ struggle. In 1990, he became a Nobel Prize winner in literature.

Jose Padilla – Adios Ayer

REFRANES

Una espiga es todo el trigo
Una pluma un pájaro vivo y cantando
Un hombre de carne es un hombre de sueño
La verdad no se parte
El trueno proclama los hechos del relámpago
Una mujer soñada encarna siempre en una forma amada
El árbol dormido pronuncia verdes oráculos
El agua habla sin cesar y nunca se repite
En la balanza de unos párpados el sueño no pesa
En la balanza de una lengua que delira
Una lengua de mujer que dice sí a la vida .
El ave del paraíso abre las alas

Octavio Paz (1914-1998) en Liberté sur parole (1949), Éditions Gallimard, nrf, poésie, 1966. Octavio Paz es un ensayista y escritor mexicano, considerado uno de los más grandes poetas de habla hispana, al igual que Jorge Borges, Gabriel García Márquez o Pablo Neruda. También seguirá una carrera como diplomático mexicano…. Mientras resida en España durante la guerra civil, apoyará la lucha de los republicanos. En 1990, se convirtió en ganador del Premio Nobel de Literatura.

 

6 commentaires Ajouter un commentaire

  1. L’exact Octavio, tout est dit. Puissamment.

    Aimé par 1 personne

  2. colettedc dit :

    Dans l’unité, tout y est déjà.
    Indivisible la vérité ; comme c’est bon.
    Bonne soirée John,
    Amitiés 😘

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Tout est dit !
      Bonne soirée Colette 😀
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

  3. Beau texte un grand écrivain

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Un grand écrivain en effet. Et un beau parcours professionnel

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s