To my queen…

le

(Réédition)

Big Country – King of emotion

        

RECITATION A L’ELOGE D’UNE REINE

                                         

  I

« Haut asile des graisses vers qui cheminent les désirs
d’un peuple de guerriers muets avaleurs de salive,
Ô Reine ! romps la coque de tes yeux, annonce en ton épaule qu’elle vit !
Ô Reine, romps la coque de tes yeux, sois-nous propice,
accueille un fier désir, ô Reine ! comme un jeu sous l’huile, de nous baigner nus devant Toi,
jeunes hommes

*   

                                    
– Mais qui saurait par où faire entrée dans Son cœur ?


                                            

II

« J’ai dit, ne comptant point ses titres sur mes doigts :
Ô Reine sous le rocou ! Grand corps couleur d’écorce,
ô corps comme une table de sacrifice ! Et table de ma loi !
Aînée ! Ô plus Paisible qu’un dos de fleuve, nous louons
qu’un crin splendide et fauve orne ton flanc caché,
dont l’ambassadeur rêve qui se met en chemin
dans sa plus belle robe! »

                                               

*

– Mais qui saurait par où faire entrée dans Son cœur ?


                                              

III

« J’ai dit en outre, menant mes yeux comme deux chiennes bien douées ;
Ô bien-Assise, ô Lourde ! tes mains pacifiques et larges
sont comme un faix puissant de palmes sur l’aise de tes jambes,
ici et là, où brille et tourne le bouclier de tes genoux ;
et nul fruit à ce ventre infécond scellé du haut nombril ne veut pendre,
sinon,
par on ne sait quel secret pédoncule,
nos têtes ! »

                                                  

*


– Mais qui saurait par où faire entrée dans Son cœur ?


                                               

IV

« Et dire encore, menant mes yeux comme de jeunes hommes à l’écart ;
… Reine parfaitement grasse, soulève cette jambe de sur cette autre ;
et par là faisant don du parfum de ton corps,
ô Affable ! ô Tiède , ô un-peu-Humide, et Douce,
il est dit que tu nous dévêtiras d’un souvenir cuisant des champs de poivriers
et des grèves où croît l’arbre-à-cendre et des gousses nubiles et des bêtes à poche musquée ! »

                                                   

*


– Mais qui saurait par où faire entrée dans Son cœur ?


                                                   

V

« Ha Nécessaire ! et seule !… il se peut qu’aux trois plis de ce ventre réside
toute sécurité de ton royaume :
sois immobile et sûre, sois la haie de nos transes nocturnes !
La sapotille choit dans une odeur d’encens ;
Celui qui bouge entre les feuilles,
le Soleil a des fleurs et de l’or pour ton épaule bien lavée
et la Lune qui gouverne les marées est la même qui commande, ô Légale !
au rite orgueilleux de tes menstrues ! »

                                               

      *


– Mais qui saurait par où faire entrée dans Son cœur ?

Marie-René Alexis Leger Leger, dit Saint-John Perse (1887 – 1975), in Saint-John Perse, œuvres complètes, La Gloire des Rois, Récitation à l’éloge d’une reine, Bibliothèque de la Pléiade, nrf, Editions Gallimars, Paris, 1972,1978, pp. 57-61, est un poète né à Pointe-à-Pitre, écrivain et diplomate français. En 1960, il recevra le prix Nobel de littérature.

Poème en audio

Big Country – King of emotion

                 

                  

RECITATION IN PRAISE OF A QUEEN

          I

« High asylum of the fats to which desires go
of a people of saliva-swallowing mute warriors,
O Queen! Break the shell of thy eyes, announce in thy shoulder that she lives!
O Queen, break the shell of your eyes, be auspicious to us,
hosts a proud desire, O Queen! like a game under oil, to bathe naked before Thee,
young men! »
                                                  

*

But who would know which way to enter His heart?

  II

« I said, not counting his securities on my fingers:
O Queen under the rocou! Great bark colored body!
O body like a sacrificial table! And table of my law!
Elder! O more peaceful than the back of a river, we praise
that a splendid tawny horsehair adorns your hidden flank,
whose dream ambassador is on his way here
in her best dress! »

                                                    

*


– But who would know which way to enter His heart?


III

                                                   

« I said furthermore, leading my eyes like two gifted bitches;
« O good-Assisi, O Heavy! Thy peaceable and wide hands
are like a powerful burden of palms on the comfort of your legs,
here and there, where the shield of your knees shines and turns;
and no fruit to that infertile belly sealed from the upper navel will hang,
or else,
by who knows what secret peduncle, our heads! »

                             

        *             

But who would know which way to enter His heart?

IV

« And to say again, leading my eyes as young men aside;
…perfectly fat queen, lift this leg off this other;
and thereby giving the scent of thy body,
O Affable! O Warm, O Wettest, O Un-moist, and Gentle,
it is said that you will strip us of a baking souvenir from the pepper fields…
and strikes where ash trees grow and nubile pods and musk pouch beasts! »

                                                 

  *

– But who would know which way to enter His heart?


                                                  

V

« Ha Necessary! and alone!… it may be that in the three folds of that belly resides
all the safety of your kingdom:
be still and safe, be the hedge of our nightly trances!
The sapodilla falls in a scent of incense;
The one that moves between the leaves,
the Sun has flowers and gold for your well washed shoulder…
and the Moon that governs the tides is the same one that commands, O Legal!
to the proud rite of your menses! »

                                               

     *


– But who would know which way to enter His heart?

Marie-René Alexis Leger Leger, known as Saint-John Perse (1887 – 1975), in Saint-John Perse, œuvres complètes, La Gloire des Rois, Récitation à l’éloge d’une reine, Bibliothèque de la Pléiade, nrf, Editions Gallimars, Paris, 1972,1978, pp. 57-61, is a poet born in Pointe-à-Pitre, French writer and diplomat. In 1960, he was awarded the Nobel Prize for Literature

Poème en audio

8 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Un texte un peu étrange… Bon week-end.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bon week-end Marie-Christine

      Aimé par 1 personne

  2. marie dit :

    Bonjour John, j’avoue: je n’adhère pas à ce poème beaucoup trop complexe pour mes neurones fatigués, et il me semble que cela s’adresse plutôt aux hommes, Bisous bonne journée MTH

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Ce n’est pas grave Marie. A mon avis, tes neurones vont très bien. Tu as tout à fait le droit de ne pas aimer et de le dire 😉
      Bisous et bonne soirée
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

  3. NINA dit :

    Magnifique poème.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Une belle, une très belle plume.
      Belle soirée Nina.
      John

      J'aime

      1. NINA dit :

        Merci belle soirée à toi aussi John.

        Aimé par 1 personne

        1. ibonoco dit :

          Merci Nina

          J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s