Under the sun of Mexico City

le

(Réédition)

Luis Mariano – Mexico

VALLEE DE MEXICO

Le jour déploie son corps transparent. De ses grands marteaux invisibles, la lumière me frappe. Attaché à la pierre solaire, je ne suis qu’une pause entre deux vibrations : le point vif, aiguisé, le point fixe, intersection de ces deux regards qui s’ignorent et qui se retrouvent en moi. Pactisent-ils ? Je suis l’espace pur, le champ de bataille. A travers mon corps, je vois mon autre corps. La pierre scintille. Le soleil m’arrache les yeux. Dans mes orbites vides, deux astres lissent leurs plumes rouges. Splendeur, spirale d’ailes et bec féroce. Et maintenant, mes yeux chantent. Penche-toi sur leur chant, jette-toi dans le bûcher.

Octavio Paz (1914-1998) in Liberté sur parole (1949), Éditions Gallimard, nrf, poésie, 1966. Octavio Paz est un essayiste et écrivain mexicain, considéré comme l’un des plus grands poètes de langue espagnole au même titre que Jorge Borges, Gabriel Garcia Marquez ou Pablo Neruda. Il mènera également une carrière en tant que diplomate mexicain… Alors qu’il réside en Espagne durant la guerre civile, il soutiendra la lutte des républicains. En 1990, il deviendra prix Nobel de littérature.

Luis Mariano – Mexico

VALLEY OF MEXICO

The day unfolds its transparent body. From its big invisible hammers, the light hits me. Attached to the solar stone, I am only a pause between two vibrations: the sharp, sharp point, the fixed point, the intersection of these two glances which ignore each other and which find themselves in me. Do they make a pact? I am pure space, the battlefield. Through my body, I see my other body. The stone sparkles. The sun tears out my eyes. In my empty orbits, two stars smooth their red feathers. Splendor, spiral of wings and ferocious beak. And now my eyes sing. Lean over their song, throw yourself into the pyre.

Octavio Paz (1914-1998) in Liberté sur parole (1949), Éditions Gallimard, nrf, poetry, 1966. Octavio Paz is a Mexican essayist and writer, considered one of the greatest Spanish language poets, along with Jorge Borges, Gabriel Garcia Marquez and Pablo Neruda. He also had a career as a Mexican diplomat. While living in Spain during the Civil War, he supported the Republican struggle. In 1990, he was awarded the Nobel Prize for Literature.

Luis Mariano – Mexico

VALLE DE MEXICO

El día despliega su cuerpo transparente. Atado a la piedra solar, la luz me golpea con sus grandes martillos invisibles. Sólo soy una pausa entre una vibración y otra: el punto vivo, el afilado, quieto punto fijo de intersección de dos miradas que se ignoran y se encuentran en mí. ¿Pactan? Soy el espacio puro, el campo de batalla. Veo a través de mi cuerpo mi otro cuerpo. La piedra centellea. El sol me arranca los ojos. En mis órbitas vacías dos astros alisan sus plumas rojas. Esplendor, espiral de alas y un pico feroz. Y ahora, mis ojos cantan. Asómate a su canto: arrójate a la hoguera.

Octavio Paz (1914-1998) en Liberté sur parole (1949), Éditions Gallimard, nrf, poesía, 1966. Octavio Paz es un ensayista y escritor mexicano, considerado como uno de los más grandes poetas de la lengua española junto con Jorge Borges, Gabriel García Márquez y Pablo Neruda. También hizo carrera como diplomático mexicano. Mientras vivía en España durante la Guerra Civil, apoyó la lucha republicana. En 1990, fue galardonado con el Premio Nobel de Literatura.

12 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Beau texte, inspiré! et belle chanson!

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      C’est une belle poésie. Et la chanson, une petite opérette venue des années 50.

      Aimé par 1 personne

  2. gibulène dit :

    Je ne sais pourquoi son style m’évoque celui de St John Perse………. quant à Luis Mariano, ma tante Didi avait emmené la petite fille que j’étais le voir au Théâtre aux Étoiles, à Marseille, croyant me faire plaisir. Ma culture n’était pas assez affinée et j’ai peu apprécié à l’époque même si l’autre partie du spectacle était consacré à Annie Cordy, de mémoire …… 😉 bonne soirée John

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Tu as bonne mémoire parce qu’Annie Cordy et Luis Mariano ont même chanté ensemble au début des années 60 dans une opérette.
      Quant à Paz, je ne pourrais te dire…
      Bises Hélène 😊
      Belle soirée
      John

      Aimé par 1 personne

      1. gibulène dit :

        Visa pour l’amour en 1961 ! peut être était ce ça ….. j’avais 11 ans alors 🙂

        J'aime

  3. colettedc dit :

    Magnifiques, les mots de cette poésie !
    Bon jeudi John,
    Amitiés 😘

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Colette,
      C’est tout simplement magnifique comme tu le dis.
      Belle journée Colette
      Amitiés
      John 😊

      Aimé par 1 personne

  4. Bonjour John, je vous remercie vivement de vous être abonné à mon blog, c’est un honneur ! Bon jeudi.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Marie-Anne,
      Le plaisir est pour moi. 😀
      Bon jeudi également.
      john

      Aimé par 1 personne

  5. jllopartfolch dit :

    Con fuerza artística
    Très bien

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s