Mon ami Alcibiade

 

                      ULTIMA VERBA

                                   I

Déjà, déjà, pour nous sonne tristement l’heure
Des suprêmes baisers et des derniers adieux,
Où plus aucun espoir ne nous berce et nous leurre,
Où des biens les plus chers on détourne les yeux !

De nos bonheurs passés, il ne subsiste encore,
Comme un encens brûlant sur des débris sacrés,
Que l’Amour, tel qu’il fut au temps de notre aurore,
Unissant saintement nos cœurs désespérés !

Tout est anéanti de ce que nous aimâmes !…
Nos trésors de tendresse ont été dispersés !…
Et nous sentons, hélas ! dans le fond de nos âmes,
Saigner bien des liens cruellement brisés !

Durant l’orage affreux qui sur nous se déchaîne,
Nous n’avons pour appui, nous n’avons pour soutien,
Pauvres arbres penchés, dont la chute est prochaine,
Que nos rameaux unis… Toi, mon bras, moi, le tien !

Eh bien ! restons ainsi sous la foudre qui gronde,
Sans proférer d’outrage au ciel, jadis meilleur…
Qui laisse encore briller, en notre nuit profonde,
L’Amour, divin rayon, plus pur dans la douleur !

Traduction approximative

                     

                     ULTIMA VERBA

                                   I

Already, already, for us, the time is sadly ringing
Supreme kisses and last goodbyes,
Where there is no longer any hope to rock us and lure us,
Where the most expensive goods are looked away!

Of our past happiness, it does not yet exist,
Like a burning incense on sacred debris,
May Love, as it was at the time of our dawn,
Holy unity of our desperate hearts!

Everything is destroyed by what we loved!…..
Our treasures of tenderness have been scattered!…..
And we feel, alas! in the depths of our souls,
Bleed many cruelly broken ties!

During the terrible storm that is unleashing on us,
We have no support, we have no help,
Poor leaning trees, whose fall is imminent,
May our united branches… You, my arm, me, yours!

Well, let’s stay like that under the roaring lightning,
Without insulting the heaven, once better…
That still lets shine, in our deep night,
Love, divine ray, purer in pain!

Alcibiade Pommayrac (1844-1908) est un avocat, directeur des douanes, architecte, entrepreneur et poète haïtien.

18 commentaires Ajouter un commentaire

  1. marie dit :

    Bonjour, un très beau poème ,désespérés sous l’orage mais sans colère, et puis les bras qui se soutiennent fait naître en moi une belle image. Amitiés MTH

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Marie,
      Cet auteur aimait beaucoup Hugo. Il me semble que ce dernier a écrit un poème portant le même titre. Un peu désespéré tout cela. Oui mais c’est beau comme.ru le fais remarquer.
      Bel après-midi Marie.
      Ami6
      John

      J'aime

  2. Beau poème, plein de nostalgie!

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Marie-Christine,
      Je te souhaite ainsi qu’à Agathe une belle journée.

      J'aime

  3. fauquetmichel dit :

    « Et s’il n’ en reste qu’un je serai celui-là. » Dernier ver de Ultima verba par Victor Hugo.

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Magnifique !!

      J'aime

  4. princecranoir dit :

    Magnifiquement nostalgique. Merci pour cette découverte.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Avec plaisir…

      J'aime

  5. Que c’est beau…C’est écrit avec une nostalgie qui ne nous brise pas, malgré la réalité de l’orage…Il y a une force et un courage qui nous transportent…et la fin : puissante.

     » Eh bien ! restons ainsi sous la foudre qui gronde,
    Sans proférer d’outrage au ciel, jadis meilleur…
    Qui laisse encore briller, en notre nuit profonde,
    L’Amour, divin rayon, plus pur dans la douleur !  »

    Mes amitiés John
    Manouchka

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonsoir Manouchka.
      Mes amitiés également et une très belle soirée.
      John

      J'aime

  6. colettedc dit :

    Curieusement, John, lorsque je lis ce très beau poème, l’orage gronde ici !
    Merci de cet agréable partage !
    Bon vendredi,
    Amitiés♥

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Colette,
      Un peu d’orage mais pas trop. Ici, la pluie manque. Je crois qu’il fera un record de canicule aujourd’hui
      Le partage est une chose essentielle en matière de transmission. Alors je te remercie d’apprécier. Et texte.
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

  7. C’est beau et triste, comme toute fin d’amour et comme toute rupture …
    Merci John 😊

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci Catherine. La tristesse et la beauté vont souvent de paire.
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s