Comme sur des rails…

Du lundi matin au vendredi soir et durant des années se répéteront inlassablement – pour beaucoup – le même rituel quotidien, la même histoire sans paroles qui les emmèneront un jour très loin, loin d’eux-mêmes, tout au bout au bout de leur vie et de leurs peines… Et le temps aura passé en un claquement…

Bialik le protecteur

Protège-moi   Prends-moi sous ton aile et protège-moi. Sois ma mère et ma soeur. Et que je fasse de ton sein le refuge de ma pensée, le nid de ma prière inexaucée. Entre le jour et les étoiles, à l’heure des pitiés, sur moi penche-toi : je te dirai tout le secret de ma douleur, On…

L’art du mal

  « Le mal est un art à ne pas mettre entre toutes les mains. Trop d’amateurs encombrent la carrière… » Traduction approximative : « Evil is an art not to be put into all hands. Too many amateurs are cluttering up the quarry…»   Eugène Cloutier (1921 – 1975), est un écrivain québécois. Il écrira peu d’ouvrages :…

La vie de François-René

« L’homme n’a pas une seule et même vie ; il en a plusieurs mises bout à bout, et c’est sa misère. » « Man has not one and the same life. He has many lives, placed end to end, and that is the cause of his misery. » « El hombre no tiene una sola y misma vida, tiene…

Sex and death

  « La différence entre le sexe et la mort, c’est que mourir, vous pouvez le faire seul, et personne ne se moquera de vous. » « The difference between sex and death is that with death you can do it alone and no one is going to make fun of you. » Woody Allen, né en 1935, est…

Perrache

, Perrache, quartier de Lyon dont l’origine remonte à l’Ancien régime et au nom de famille de son promoteur Antoine-Michel Perrache, sculpteur et ingénieur de formation durant les années 60-70… au 18ème siècle. A cette époque, Lyon est encore sauvage par certains côtés. Il reste à dompter ses rivières et repousser le confluent du Rhône…

Le désir d’un jour

  ECLAT Adossé dans un parc au creux de tes mains le jour s’étale Il est comme mon désir que tu renverses sur le dos l’horizon dans ta poche. Salah Al Hamdani né à Bagdad en 1951, Eclat le sol in Bagdad mon amour suivi de Bagdad à ciel ouvert, Editions Le Temps des cerises,…

La p’tite musique de Bob

  « One good thing about music, when it hits you, you feel no pain. » « La chose superbe à propos de la musique, c’est que lorsqu’elle vous touche, vous ne ressentez plus la douleur. » « Lo bueno de la música es que cuando te golpea, no sientes dolor » Robert Nesta Marley dit Bob Marley (1945 – 1981),…

La chambre de l’oubli

  (Rediffusion du 24 septembre 2018)   Après les murmures sucrés du désir et les douces caresses de la passion à l’ombre des murs blancs de cette chambre de l’oubli, allongée sur ce lit, tu rêves le regard flottant au-dessus d’une mer de volupté et d’éternité. Tu rêves le cœur grand ouvert à la vie…

Oisiveté et travail

    « L’oisiveté est, dit-on, la mère de tous les vices, mais l’excès de travail est le père de toutes les soumissions. » Traduction approximative : « Idleness is, it is said, the mother of all vices, but excessive work is the father of all submissions. » Albert Jacquard (1925 – 2013), in Petite philosophie à l’usage des…

To be a human…

    « La seule règle qui soit originale aujourd’hui : apprendre à vivre et à mourir, et pour être homme, refuser d’être Dieu. » « The only original rule of life today: to learn to live and to die, and, in order to be a [hu]man, to refuse to be a god. » Albert Camus (1913 – 1960),…

Life, death, memory and nothingness

  « La vie est perdue contre la mort, mais la mémoire gagne dans son combat contre le néant. »   « Life cannot withstand death, but memory is gaining in its struggle against nothingness. »   Tzvetan Todorov (1939 – 2017), docteur en psychologie en 1963, entre au CNRS en 1968, dirigera le Centre de recherches sur les…

Sous le soleil de Mexico

VALLEE DE MEXICO Le jour déploie son corps transparent. De ses grands marteaux invisibles, la lumière me frappe. Attaché à la pierre solaire, je ne suis qu’une pause entre deux vibrations : le point vif, aiguisé, le point fixe, intersection de ces deux regards qui s’ignorent et qui se retrouvent en moi. Pactisent-ils ? Je…

Les enseignements de Pablito

« Aprende las reglas como un profesional, para que puedas romperlas como un artista. » « Apprends les règles comme un professionnel afin de pouvoir les briser comme un artiste » “Learn the rules like a professional, so you can break them like an artist.” « Lerne die Regeln wie ein Profi, damit du sie wie ein Künstler brechen kannst. »…

L’amour d’une mère

    LA DANSE DE L’ARSOUILLE Tout est dans le geste, dans les vibrations de son corps et dans le balai continu de ses mains manucurées qui s’ouvrent sur le vide comme pour se saisir d’une vérité impalpable et absolue… Des mains qui s’ouvrent pour se refermer ensuite précipitamment sur un verre de rouge ou…

Norline on the beach

POUR NORLINE Cette plage restera vide pour de nouvelles aubes couleur ardoise des lignes que le ressac efface sans cesse avec son éponge, et quelqu’un d’autre viendra de la maison encore endormie, une tasse à café chauffant dans sa main comme autrefois mon corps se lovait sur le tien, pour mémoriser ce passage d’une sterne…

La traitrise d’Edward

  « If I had to choose between betraying my country and betraying my friend, I hope I should have the guts to betray my country. » « Si je devais choisir entre trahir mon pays et trahir mon ami, j’espère que j’aurais le courage de trahir mon pays » Edward Morgan Forster (1879 – 1970), in Two Cheers…

La tristesse de Marceline

  LES SEPARES N’écris pas. Je suis triste, et je voudrais m’éteindre. Les beaux étés sans toi, c’est la nuit sans flambeau. J’ai refermé mes bras qui ne peuvent t’atteindre, Et frapper à mon cœur, c’est frapper au tombeau. N’écris pas ! N’écris pas. N’apprenons qu’à mourir à nous-mêmes, Ne demande qu’à Dieu… qu’à toi, si…

What about you ?

  « The reasonable man adapts himself to the world; the unreasonable one persists in trying to adapt the world to himself. Therefore, all progress depends on the unreasonable man. » « L’homme raisonnable s’adapte au monde ; l’homme déraisonnable s’obstine à essayer d’adapter le monde à lui-même. Tout progrès dépend donc de l’homme déraisonnable. » « El hombre razonable…

Délicatement, tout doucement…

    DELICATESSE Si la vie n’était que pure poésie Si le temps n’était que douce ivresse Si la pluie n’était que grande délicatesse Si le vent n’était que fine caresse Et la nuit tendre paresse sur ton lit Alors, délicatement, tout doucement, Je déposerais ma plume et mon âme A l’ombre de Tes perfections…