Silence! They are coming soon… for you…

(Réédition)

QUAND ILS SONT VENUS ME CHERCHER

« Quand ils sont venus chercher les communistes, Je n’ai rien dit ; Je n’étais pas communiste.


Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, Je n’ai rien dit ; Je n’étais pas syndicaliste.


Quand ils sont venus chercher les juifs, Je n’ai rien dit ; Je n’étais pas juif.


Quand ils sont venus chercher les catholiques, Je n’ai rien dit ; Je n’étais pas catholique.


Puis ils sont venus me chercher, Et il ne restait plus personne pour protester. »

QUAND ILS SONT VENUS ME CHERCHER..

« Quand les nazis sont venus chercher les communistes,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas communiste.

Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas social-démocrate.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus me chercher,
il ne restait plus personne
pour protester. »

Pasteur Martin Niemöller (1892 – 1984), fils de pasteur luthérien, il sert comme sous-marinier, officier, pendant la Grande guerre. Il sera décoré. En 1924, il s’oriente vers des études de théologie protestante et devient pasteur en 1931. Bien que partisan du régime hitlérien, il s’oppose très tôt aux mesures antisémites et crée La ligue d’urgence des pasteurs. En 1933, il est déchu de ses fonctions alors que son appel au sein de La Ligue attire plus de 6000 pasteurs dissidents. En 1937, il est arrêté par les nazis, interné au camp de Sachsenhausen puis transféré au camp de concentration de Dachau. Il sera libéré en 1945. Le pasteur Martin Niemöller écrira plusieurs versions de son texte QUAND ILS SONT VENUS ME CHERCHER…

FIRST THEY CAME…

« First they came for the Socialists, and I did not speak out because I was not a Socialist.


Then they came for the Trade Unionists, and I did not speak out because I was not a Trade Unionist.


Then they came for the Jews, and I did not speak out because I was not a Jew.


Then they came for me and there was no one left to speak for me. »

FIRST THEY CAME…

« First they came for the Communists
And I did not speak out
Because I was not a Communist

Then they came for the Socialists
And I did not speak out
Because I was not a Socialist

Then they came for the trade unionists
And
I did not speak out
Because I was not a trade unionist

Then they came for the Jews
And I did not speak out
Because I was not a Jew

Then they came for me
And there was no one left
To speak out for me »

Pastor Martin Niemöller (1892 – 1984), son of a Lutheran pastor, he served as a submariner, officer, during the Great War. He was decorated. In 1924, he studied Protestant theology and became a pastor in 1931. Although a supporter of Hitler’s regime, he opposed anti-Semitic measures very early on and created the Emergency League of Pastors. In 1933, he was dismissed from his position while his appeal within the League attracted more than 6000 dissident pastors. In 1937, he was arrested by the Nazis, interned in the Sachsenhausen camp and transferred to the Dachau concentration camp. He was released in 1945. Pastor Martin Niemöller wrote several versions of his text WHEN THEY WERE SEEKING ME…

8 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Toujours d’actualité !
    Bon dimanche, John.

    Aimé par 3 personnes

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Jean-Louis,
      Malheureusement…
      Amitiés
      John

      Aimé par 2 personnes

  2. marie dit :

    Bonjour John, et oui, c’est toujours ainsi! bon dimanche bisous MTH

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Marie,
      La peur d’agir et de subir des mesures de rétorsion.
      Bisous Marie.
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

  3. princecranoir dit :

    « They’re coming for you Barbra… »
    George Romero, Night of the Living Dead, 1968.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Et quand il n’y a plus de places en Enfer….

      Aimé par 1 personne

  4. C’est l’histoire de la lâcheté ordinaire, qui ne pense pas à mal !

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Histoire de la lâcheté, oui… mais qui ne pense pas à mal, c’est une autre histoire. Pour autant, ne sommes-nous pas tous un peu lâche ?

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s