I’ll remember every day

« Jamais je n’oublierai cette nuit, la première nuit de camp, qui a fait de ma vie une nuit longue et sept fois verrouillée. Jamais je n’oublierai cette fumée. Jamais je n’oublierai les petits visages des enfants dont j’avais vu les corps se transformer en volutes sous un azur muet. Jamais je n’oublierai ces flammes…

Anna’s heart

L’EMPREINTE Je m’appuierai si bien et si fort à la vie,D’une si rude étreinte et d’un tel serrementQu’avant que la douceur du jour me soit ravieElle s’échauffera de mon enlacement. La mer, abondamment sur le monde étalée,Gardera dans la route errante de son eauLe goût de ma douleur qui est âcre et saléeEt sur les…

Listen to the light singing

PIERRE NATALE La lumière dévaste les hauteursTroupeaux d’empires en dérouteInvesti de reflets l’oeil recule Contrées vastes comme l’insomnieRocailles d’ossements Automne sans frontièresLa soif fait jaillir ses invisibles sourcesUn ultime piru prêche dans le désert Ferme les yeux et écoute chanter la lumière :Midi fait son nid sur ton tympan Fermes les yeux et ouvre-les :Il n’y a…

I’m running to you

(Réédition) Tὰ ζῷα τρέχει LES ANIMAUX COURENT « On croit qu’on est heureux, on est qu’immobile. » Jean Cocteau Je cours lentement, Loin du son du jour, Suivant, les yeux fermés, Un chant d’amour. Je cours, je tends les bras vers toi,  Vers la mémoire interne de mes gestes, Qui n’ont de souvenir Que mon désir, Et,…

Aou cha-cha-cha…

L’AMOUR A LA PLAGE C’est l’amour à la plage (aou cha-cha-cha) Et mes yeux dans tes yeux (aou aou) Baisers et coquillages (aou cha-cha-cha) Entre toi et le bleu (aou aou) La mer, quand vient le temps des vacances C’est le temps de la danse Entre tes bras, toutes les nuits Et si j’ai le…

An incondtional love!

« Le tour du monde était un bien pauvre voyage A côté du voyage où je pars avec toi Chaque jour je t’adore et mieux et davantage Où tu vis c’est mon toi. » Clément Eugène Jean Maurice Cocteau, Jean Cocteau (1889 -1963), in A Jeannot, Le Livre blanc, Le Livre de Poche, Paris, 2017, pp.45, est…

For Loulou, with all my love….

(réédition) Track : Nat King Cole – When i fall in love SONNET ROMANTIQUE J’attends l’amour, le grand amour que ne déparent Ni les doutes, ni les dégoûts, l’amour tardif Dont le flux submerge le coeur, ce vieux récif, L’amour, mer d’Orient suit la côte barbare ! Aussi pardonne-moi si ma bouche est avare, Tu n’es…

Love and lie

Aimer, c’est de ne mentir plus Aimer, c’est de ne mentir plus.Nulle ruse, n’est nécessaireQuand le bras chaleureux enserreLe corps fuyant qui nous a plu. — Crois à ma voix qui rêve et chanteEt qui construit ton paradis.Saurais-tu que je suis méchanteSi je ne te l’avais pas dit ? — Faiblement méchante, en pensée,Et pour…

I’m still thirsty!

Tableau de mon ami Georges Millet SOIF Je suis resté avide en un beau jour d’étéDe toi, onde argentée d’un ruisseau interdit.Il y a bien longtemps.Chacun de mes sentiers de soleil, de beautéS’illumine à présent. Le bonheur m’a souri.Ma soif boit maintenant à tant d’autres fontaines,Mais je ne suis en paix nulle part, car jamaisNe…

I’ll always be your Brother

  « Ne t’effraie pas… je ne souffre pas. Je n’ai pas mal. Je ne peux pas m’empêcher, c’est mon corps.Son corps, territoire étranger, déjà autre.Mais il désire être sérieux, ce jeune frère qui succombera dans vingt minutes. Il éprouve le besoin pressant de déléguer son héritage. Il me dit : « Je voudrais faire mon testament… » […]On…

From Babylon to New York

DANS LES TERRES LES PLUS LOINTAINES Nous sommes ceux que l’on dispersaDans les terres les plus lointaines. Chacun de nous est un anneau De la nouvelle chaîne. Non seulement à Babylone Mais au bord des fleuves, partoutNous sommes venus nous asseoir, Cherchant un toit qui soit à nous. C’est ainsi qu’est devenu cherA notre coeur…

A tear in André’s heart

(réédition) QUAND UNE LARME DE TROP Quand une larme de trop m’empêche de respirer m’empêcheréellement de respirer – Alors je crie comme autrefois quand j’étais gamin aux terreurs nocturnes –Je vais jeter des tonnes de violettes à la mer pour qu’avec elless’enfoncent dans l’oubli les maisons les enseignesles rues et les statues des squares où mes…

An angel calls me

La Sérénade Mère, quel doux chant me réveille ? Minuit ! c’est l’heure où l’on sommeille.Qui peut, pour moi, venir si tard Veiller et chanter à l’écart ? Dors, mon enfant, dors ! c’est un rêve. En silence la nuit s’achève,Mon front repose auprès du tien, Je l’embrasse et je n’entends rien.Nul ne donne de…

To my queen…

(Réédition)          RECITATION A L’ELOGE D’UNE REINE                                             I « Haut asile des graisses vers qui cheminent les désirsd’un peuple de guerriers muets avaleurs de salive,Ô Reine ! romps la coque de…

My life… is a whore

« Nulla dies sine linea » Horace Candide J’en suis à tantEt tant d’adolescences,Tant d’instants d’indécence,Que le temps a perdu le droit de me cacher. La nuit me fuit,Le jour me chasse ;Je me tasse ;Je ne vaux pas mieux que ma vie. Je voudrais retourner à l’âge de ma force,La croisée de mes bras,La fierté qu’ils…

On the road to oblivion

(Réédition) « Le temps a passé sur ton doux visage balayant ton sourire emporté par le vent d’un matin froid d’hiver, un matin de janvier comme un autre, le matin d’une vie qui ne voulait pas en finir avec elle-même. Le temps a passé entre mes doigts flétris par les eaux froides de tous ces rendez-vous…

Snow in May

ILS SONT PLUSIEURS D’où est venue cette neige à Sarajevo à la fin de mai ?Il paraît que le temps a pris les mauvaises habitudes des hommes.Tout se répète, disent les vieillards dans les tavernes,les Balkans sont une veine gonfléeque l’Europe coupe de temps à autrepour purifier son vieux sang. Les choses les plus importantes…

It’s pretty dumb

LE TEMPS PERDU Devant la porte de l’usinele travailleur soudain s’arrête le beau temps l’a tiré par la vesteet comme il se retourneet regarde le soleiltout rouge tout rondsouriant dans son ciel de plombil cligne de l’oeilfamilièrementDis donc camarade Soleiltu ne trouves pasque c’est plutôt conde donner une journée pareilleà un patron ? Jacques Prévert…

Today, I only offer you some flowers

je t’offre presque rien de fleurs tu me dis qu’il ne fallait pasce n’est qu’une caresse d’odeursqui consoleront ta mémoire quand d’autres fleurs plus tardviendront blesser ton cœur (P.102) j’en bavetout me coûtetout me gaveque me foutentle cap Fréhel et Valparaísoje vois le ciel chagrinParisla tour Eiffelet les oiseauxje respire moinsjusqu’à rienet la mort m’époumoneen…

Along the way…

EPILOGUE Les brises du soir morosesTraînent en moi leur ennuiLe long du chemin la nuitUne à une éteint les roses. Les chaudes apothéosesDe l’horizon vide ont fuiEt dans la brume, sans bruitSe désagrègent les choses En vain j’ai fouillé glacél’immensité du passéEt ses ruines sans bornes Dans leur solitude mornePas un oiseau n’a crié… Je…