MON AMIE ALGOS – Aλγος

le

 

(Réédition du 2 mars 2019)

 

 

Neuf heures du matin seulement et déjà il se fait bien tard…

Une ombre épaisse recouvre lentement la chair tuméfiée
de tous ces jours d’attente, de prière et d’espoirs impossibles
comme une fraîche nuit d’automne jetant son voile épais
sur un été encore chaud, orageux mais fragile et sans avenir.

Depuis tant d’années, elle frappe et frappe à ma porte
lancinante et insidieuse, terrifiante et mortifère,
jouant avec mon impatience et s’accrochant à ma raison
comme une tique sur un corps offert à la mort.

Soudain ! par effraction et violemment elle entre,
ayant rompu la trêve et tué toute trace de sérénité ;
la douleur se fait enfin reconnaître comme telle
par une âme chancelante et durement éprouvée.

Et sans désemparer elle fredonne son petit air de fête,
toujours le même… elle, puissante et ivre d’avoir trop bu
à la coupe d’une souffrance impitoyable et quotidienne
comme une bête sauvage le sang bouillant de sa victime…

26 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Oui, mais qui est cette « Elle » ?
    Bonne journée à toi, John.
    (P.S. ne réponds surtout pas à la question, il faut que le mystère demeure…)

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Mais tout simplement la douleur, celle qui fait mal, que ce soit au coeur ou une douleur chronique, celle qui te tue à petit feu à chaque instant de ta vie et qui te fait souffrir et t’épuise… et qui un jour aura raison de toi, de ta vie…

      Aimé par 4 personnes

      1. CHumain dit :

        La douleur à l’effigie d’une femme..

        J'aime

  2. La douleur, belle définition qui la fait bien ressentir!

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Merci Marie-Christine,
      Belle soirée 😊
      John

      J'aime

  3. Ah ! John… que la poésie peut-être un exutoire lorsqu’on lui accorde ce pouvoir !
    Mais il y a une grande distance entre réussir et échouer…!
    Ta plume a pris ce premier chemin pour nous livrer, en toute sincérité, un grand cahier d’émotions …!
    Merci également pour la chanson au lecteur…!

    Bonne soirée
    Amitiés
    Manouchka

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonsoir Manouchka,
      Tu me fais un bien grand compliment et je le reçois avec émotion.
      Arriver à transmettre et partager ce que l’on ressent n’est pas toujours évident. Ton commentaire me montre que, de temps en temps, cela devient possible.
      Bonne soirée Manouchka,
      Amities
      John

      Aimé par 1 personne

  4. iotop dit :

    Bon jour,
    La douleur … comment pourrais-je vivre sans elle ? … elle est une deuxième peau …
    Max-Louis

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Bonsoir Max-Louis,
      Très juste. Il faut donc apprendre à vivre avec. Là est toute la difficulté 😊
      John

      Aimé par 2 personnes

      1. CHumain dit :

        Passe et repasse..

        Aimé par 1 personne

  5. colettedc dit :

    Ah ! Cette douleur, elle s’invite et entre petit à petit et fait son nid sans prévenir et habite au fil du temps tout et chacun(e) qui vit !
    Bon jeudi John,
    Amitié♥

    Aimé par 2 personnes

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Colette,.
      Je vois que tu la connais bien toi aussi.😊
      Beau jeudi Colette
      Amities
      John

      Aimé par 1 personne

    2. CHumain dit :

      Douleur diaphane..

      Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Il faudra bien. 😊

      J'aime

  6. Tu parles de la douleur physique, n’est-ce pas ? Celle avec laquelle il faut bien convenir d’un pacte, d’une entente, afin de ne pas se faire détruire par son acuité. En tout cas, ton texte me parle en ce sens.
    Et le choix du tableau de Munch ne fait que donner sens à ces douleurs muettes pour les autres et insupportables pour ceux qui la ressente.
    Sur ces mots, pas vraiment festif, je te souhaite tout de même une belle et souriante journée.
    Biz, cher John, et à bientôt !

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Dom,

      Je parle effectivement de la douleur physique, qui ensuite s’installe et devient aussi psychologique.
      Bizzz Dom, je te souhaite également une belle journée. Le sourire est aujourd’hui au rendez-vous, il s’est invité avec le soleil. C’est une belle journée.
      Amitiés
      John

      Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Merci à toi d’apprécier. L’écriture permet de libérer l’émotion.
      Belle soirée 😊
      John

      Aimé par 1 personne

  7. Jeanne D'arc dit :

    L’image du cri de munch j’y vois une telle détresse dans cette image chaque fois que je la vois , je retouche a cette douleur une détresse profonde vécue a 33 ans
    La chanson au lecteur me la rappele aussi, mais la douleur pour moi fut d’une telle force
    Et elle était psychologique
    Cette douleur a laisser des traces mais j’´ai appris a cohabiter avec et a retrouver une sérénité
    Mais elle m’as laissé un équilibre fragile

    L’espérance !
    Si tu ressens un jour que ta zone d’équilibre est devenue comme moi d’une Grande fragilité.
    Si tu te sens tellement ébranler et que la tempête se déchaîne en toi
    Que tu emploies toutes les forces que tu as en toi pour essayer de tenir le gouvernail.
    Que tu descends au fond de toi et que tu vois tous les débris qui t’empêchent de remonter.
    Et que dans tous ces vents et ces remous tu as une immense peur de couler.
    Je te souhaite de découvrir au plus profond de toi ce que moi j’ai découvert. Quand sur le bord de me noyer je m’y suis accrochée
    Et que tranquillement en la laissant me guider je me suis retrouvée sur un rivage à chaque fois.
    Je crains encore ces tempêtes en moi, mais je peux te dire que maintenant je crois Jeanne d’arc.

    Comme j’ai appris a vivre avec cette maladie qui cohabite dans mon corps depuis que j’ai 23 ans
    Ton écrit parle très fort John

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Bonjour Jeanne et merci beaucoup de m’avoir fait part de ta propre douleur qui t’accompagne depuis tant d’années.
      Comme pour beaucoup, nous grandissons en nous souciant de peu de choses et un jour, la douleur fait irruption dans notre quotidien. Et elle ne pourra plus en sortir. Ton exemple est celui de l’optimisme et de l’espoir. L’on peut apprendre à vivre avec, la tenir à distance sans pour autant la nier, ce qui me paraît d’ailleurs impossible.
      Vivre avec et se dire qu’il y aura un demain est aujourd’hui ma façon de la mieux supporter.
      Belle journée Jeanne
      Amities
      John

      J'aime

  8. bigskybuckeye dit :

    Thanks for sharing an oldie, but it is still a classic time.

    Aimé par 1 personne

    1. ibonoco dit :

      Thank you for your comment

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s